Dernier message

Auteur  
# 19/03/2012 à 09:25 Vicitme
Bonjour toutes et tous,

Voilà il est temps pour moi de prendre du recul, participer sur ce site a été pour moi très important, car je voulais aider un maximum de personnes, espérant qu’à leurs tours elles en aident d’autres (Nath, Mimie,…etc…). Je ne nie pas le côté égoïste où j’ai pu reprendre un peu de mon ego en ayant l’impression de rendre service.
J’en suis à une nouvelle phase où j’ai besoin de prendre encore plus de recul avec tout ça, lire les messages régulièrement, en faire le suivi, répondre, décortiquer en font pour moi un lien qui me retient dans ma phase d’oubli. Je passerai encore de temps en temps lire les témoignages, mais je n’y participe plus. Je pense qu’une fois cette dernière phase (j’espère que ça sera la dernière…car à chaque fois j’en ai l’espoir….) bien terminée il me sera plus aisé d’y revenir.
Je veux remercier encore une fois toutes les personnes qui en aident d’autres, et qui à travers leur témoignages m’ont permit de comprendre beaucoup de choses et de devenir ce que j’étais avec une conscience des dangers sur les ‘trop beaux que pour être vrai’.
# 27/03/2012 à 11:37 Nath
mon Dieu, Victime,
je viens d'écrire à Ad en lui disant me sentir "replonger" lorsque je participe à ces échanges amicaux et "soutenants" sur ce forum , et je lis par hasard le vôtre, glups, c'est fou, nous passons donc bien tous par des phases similaires.
Je vous souhaite de passer "l'étape suivante" de la meilleure manière possible, et de reléguer tous ces souvenirs dans un tiroir bien fermé. C'est tout ce que ces "relations" méritent..
Amitiés,

nath
# 28/03/2012 à 09:55 Victime
Bonjour Nath,

Merci d’avoir eu la gentillesse de me répondre.
Effectivement nous passons toutes et tous par les mêmes stades, tout comme le manipulateur (trice) a son propre schéma de fonctionnement, nous passons pas les mêmes phases de déstabilisation et reconstruction. Ad avait posté dans son message (celui qui a été supprimé) l’adresse internet d’un site sur lequel une personne avait noté son évolution au jour le jour et c’est tout à fait pareil, une courbe avec des hauts et des bas. De tous les témoignages lus nous sommes tous dans le même carcan.
Le plus étonnant est que dans mon cas il ne s’agissait pas d’une relation amoureuse mais amicale et pourtant les symptômes sont les mêmes. Après deux ans de rupture avec ce quotidien, je passe par des phases ‘euphoriques’ où le sentiment très net de victoire totale m’envahit, je me surprend même à me dire ‘tient hier je n’ai même pas pensé à elle, avec un feu d’artifice d’orgueil et de contentements et puis sans prévenir, la sensation d’un manque énorme, de solitude, d’incompréhension et une attraction incompréhensible refont surface, le cerveau se remet en branle, cherche les raisons, les logiques, a confirmer que la décision de la rupture est la bonne, cherche la moindre faille qui permette de dire j’ai pris la mauvaise décision finalement il y a une solution….mais il n’y en a pas. Et puis probablement que toutes et tous, en secret nous fantasmons sur un happy end à la Hollywood, on croiserai à nouveau la personne et tous les murs tomberaient, il y aurait un instant magique où tout serait oublié et tout roulerait dans le meilleur des mondes, repartant avec une Amie ‘parfaite’ ou un conjoint formidable…et ils furent heureux jusqu’à la fin des temps…mais ça n’existe pas, la réalité est tout autre.
J’en viens parfois à avoir des comportements qui sortent de la normalité et qui me font honte, ces derniers jours, je suis un peu dans ma phase plus basse, et je passe régulièrement près de son lieu de travail (ce qui me fait faire un détour de plusieurs kilomètres) espérant provoquer un choc qui lui fasse entendre raison et avoir cette fin holywoodiene…Heureusement ça n’a pas encore été comme ça car je sais que ce n’est vraiment pas une bonne chose, sans me chercher d’excuse, je n’arrive pas à contrôler tout, c’est compulsif. Un autre comportement qui me répugne est d’en arriver à lui souhaiter des choses désagréables, comme si son malheur pouvait rétablir mon bonheur intérieur. Je sais qu’au fond de moi c’est pour rétablir un équilibre dans lequel j’ai l’impression que tout lui réussi alors que je reste comme une m… dans le caniveau. Et pourtant, je ne suis pas en reste, j’ai confiance en mes capacités, j’ai des compliments qui me confortent dans mes opinions, ce n’est pas une question de confiance en sois, je crois qu’il s’agit d’un mélange de trop d’optimisme dans lequel l’idée que tout peut se résoudre en faisant appel au bon sens est le leitmotiv et d’addiction qui conduisent à de réels manques.
J’ai très souvent un regard sur le passé qui me réconforte : plus d’angoisse, je ne suis plus prostré, plus de tristesse immense, plus de peurs, tout ça sont de réel progrès, subsistent des élans qui ne sont pas encore complètement contrôlables mais c’est une question de temps. Je crois aussi qu’il y a deux facteurs supplémentaires qui jouent : le premier est que le cerveau a tendance à oublier les mauvais souvenirs (c’est reconnu afin de pouvoir passer au dessus des épreuves), dans ce cas ne restent que les moments de ‘Love Bombing’ qui sont quand mêmes euphorisants et dans ce cas qui pourrait y résister complètement ? Et enfin je crois que nous aimons nous faire peur, nous ’aimons’ ressasser car ça nous apporte une espèce de confort, nous nous installons dans ce fauteuil dans lequel nous relevons les défis des questions, nous cherchons à avoir raison pour la énième fois, nous voulons ressentir ce sentiment de vainqueur qui s’achèvera par un ‘Voilà c’est exactement ça, j’avais raison, il/elle est à côté de la plaque’ mais qui s’annonce bien moins intense que nous ne l’espérions alors nous savons qu’il nous faudra passer par un nouveau round. Nous sommes à la recherche du Graal, ce raisonnement qui nous permettrait sans faille de chasser toute question, tout doute lorsqu’il nous vient à l’esprit.
Malheureusement lorsque nous avons besoin d’un fait concret sur lequel nous pouvons commencer notre recherche du Graal, nous n’arrivons pas à nous fixer sur un événement en particulier, les souvenirs se dérobent, ils n’ont pas de début et pas de fin, et le milieu est comme un banc de sardine, il change sa morphologie, il se transforme et s’enroule autour de nos pensées alors que nous essayons de le percer, il devient insaisissable alors les doutes s’installent car si nous n’arrivons pas à fixer nos idées, peut-être que ce que nous avons vécus n’a pas existé sous la forme que nous pensons. Et puis nous voilà revenu à la raison, tout ça est du vent, toxique, et n’existe pas avec les autres personnes que nous côtoyons. Alors nous avons un répis, qui s’avère être de plus en plus long qui perme de prolonger notre moment de plénitude et qui nous fait recharger nos batteries.
Voilà nous pourrions l’exprimer de mille façons différentes, voici la mienne.
Nath, je te souhaite de te rétablir le plus vite possible, te remercie encore des petits (et grands) mots que tu laisses sur ce forum.
# 28/03/2012 à 11:43 Nath
Victime,
merci de me répondre, alors que tu ne voulais plus participer , je suis désolée de t'avoir sorti de ta retraite.
Je suis aussi en "descente" vers les fonds que nous connaissons si bien. Même si je sais, si mon esprit refuse toutes "retrouvailles" avec son bourreau, mon coeur saigne,,,, oui, c'est dur, j'en fais des cauchemars, je déprime, et puis, ...je regarde objectivement ce qui m'entoure, et qui est plutôt "optimiste" et je remonte.
Comme vous, je fais et refais le scénario, je remets les petits bouts ensemble, et je ne peux que constater l'implacabilité des faits, tout était dit dès le départ, je ne l'ai pas vu, idiote que j'étais. C'était même ce que l'on appelle un "calling card" , càd quelqu'un qui lance des petits cailloux, pour vous prévenir, ou plutôt pour jouir encore plus parce que vous ne les relevez pas bien sur , les petits cailloux, vous êtes sur votre nuage rose. Quelle méchanceté quand même, victime , n'est-ce pas ? Que fait-on là à ressasser ?
Je me le demande souvent, et je pense à la petite fille en manque d'amour, et c'est elle qui est blessée dans ces relations, pas la femme mure que je suis aujourd'hui; c'est mon enfance qui souffre, pas l'adulte, mais nous ne faisons qu'un, alors tout souffre.
Moi aussi, je rêve d'un revirement qui n'arrivera pas. Toutes ses histoires à lui (et il n'en a pas eues beaucoup) ont fini en queue de poisson, il était "quitté" et pouvait simuler un chagrin immense, il se faisait plaindre ainsi des "vilaines" . Ironie totale, il passait pour le gentil, le pauvre. Alors qu'il avait fait de leurs vies un enfer surement, il m'en a raconté des petits bouts, toujours en se mettant à son avantage, mais quand même , certaines choses m'avaient fort surprises à l'époque, je n'avais pas relevé, mais ce n'était pas "normal". Notre raison nous envoie toujours des signaux, pourquoi ne les écoutons-nous pas ?
Parce que nous sommes en attente, d'amour, d'amitié, de savoir que nous sommes "uniques" et désirés comme tel.
Je voudrais le haïr, n'y arrive pas encore,
une chose est certaine, quand je pense à sa vie, il n'y a pas de bonheur réel, rien qu'un enchaînement de choses, il s'ennuie de tout, cherche "l'excitation" partout, il me l'avait dit. Ne la trouve que rarement et il retourne à sa quête éperdue d'action-réaction pour avoir le sentiment d'exister.
Voilà, j'espère que vous trouvez dans votre couple un réconfort certain, on dirait, quand je vous lis, que cette amie avait pris toute la place dans votre coeur, qu'elle avait tout envahi,
vous devez être quelqu'un de très sensible, même si très "raisonné". C'est notre point commun à tous, l'"empathie", la capacité de se donner, sans compter.
Eux, ils comptent,
amitiés à vous, victime,
c'est réconfortant de s'entre-lire, je trouve,
même si cela nous fait repenser à ce qu'il faudrait oublier ...

NATH
# 31/03/2012 à 00:08 Lisa (site web)
Nath, Victime,
C'est encourageant de vous lire. Mais, je vois aussi la souffrance que nous endurons tous et toutes. Vous avez raison, il n'est pas si facile de faire abstraction de l'histoire. Il y a des hauts, il y a des bas. Même si la situation est avérée, nous aimerions tant nous être trompés sur la personne, nous aimerions tellement qu'elle se rende compte combien son comportement est inqualifiable. Ce sont ces quelques moments de calme qui nous font réfléchir et penser que ce n'est peut-être qu'un cauchemar, le doute s'installe avec la crainte d'avoir mal jugé l'autre, de le qualifier de se qu'il n'est pas. Mais non la réalité est bien ainsi faite, et surtout ne pas baisser sa garde, ne pas chercher
à le contre-carrer, faire semblant de le comprendre et ne pas perdre de vue un instant que la meilleure façon de se protéger, est d'avoir toujours à l'esprit que nous ne devons pas nous épuiser à avoir de la compassion, la personne en face de nous n'en a pas. Pensons enfin à nous, il est grand temps...
Je fais ma courageuse, mais les bas sont
encore là.

On me dit que demain sera un jour meilleur!
C'est ce que je vous souhaite.

Lisa.
# 02/04/2012 à 09:45 Nath
bjr Lisa,
vos mots sont si justes, c'est exactement cela,
je me sens complètement coincée pour le moment. Entre l'acceptation une fois pour toutes qu'il est très malveillant à mon égard et qu'il avait programmé ma destruction systématique et la fausse croyance qu'il pourrait reconnaître la toxicité de son comportement et donc en quelque sorte la "fidélité" à l'illusion de cette non-relation. Je navigue entre les deux et me sent complètement perdue, amère et même haineuse parfois.
Là, je l'ai démasqué, il le sent mais rien n'a été "verbalisé clairement", tout est resté en "sous-entendus", je l'ai malgré moi épargné en quelque sorte.
Et je pratique pour le moment le "no contact", nous avions l'habitude de correspondre par mail plusieurs fois par semaine; depuis que je lui ai fait part de mes doutes, il a "rattrapé" le "lien" et me garde ainsi à sa disposition, croit-il, en me lançant des miettes de relation de temps en temps. Moi je ne suis pas dupe évidemment, mais comme vous le dites, j'ai encore et toujours l'espoir d'un revirement, qui ne viendra pas,
donc depuis ce we,j'ai décidé de ne plus lui écrire, de ne plus rien faire. J'attends sans attendre et le raye de ma vie progressivement.
Je me prépare à l'effondrement de mes dernières illusions.
Quand on est à cette phase là, on peut presque prévoir leurs faits et gestes, et en rire même, ils sont tellement prévisibles !
Mais c'est un rire triste, j'en conviens.. Triste humanité ou plutôt déshumanité,
amicalement

nath
# 10/04/2012 à 09:32 Victime
Bonjour Nath,
Oui ce que vous écrivez toutes les deux est exacte et Ad a également totalement raison, la rupture brutale est une vraie torture. Je pense que s’il fallait donner une démarche correcte ça serait la rupture brutale afin de mettre toutes les pièces du puzzle en place, que la frustration fasse son travail de façon positive, c’est à dire qu’elle nous pousse à nous poser les questions et chercher des réponses. Ensuite une reprise de contact est nécessaire car nous avons beaucoup de doutes et seule une discussion (ou je devrais dire une non-discussion dans le cas des manipulateur) tendra à nous prouver que nous avions raison de nous éloigner, que tout la machination est confirmée. Etant au courant de ce qui nous a été fait (en grande partie), que nous risquons de ne pas avoir de réponses, que le/la manipulateur/trice repart de plus belle dans ses scénarios, nous avons au moins la confirmation que ce que nous avons investigué est juste et qu’il n’y a pas d’autres solutions, nous avons alors le courage de couper une seconde fois, notre cerveau se fait une raison qu’il se presse d’oublier malheureusement et nous avons sans cesse besoin de la confirmation que la relation n’est pas vivable pour nous. Je crois, ça été mon expérience, qu’après s’être bien rendu compte du désastre, bien documenté et après avoir glané les infos auprès du manipulateur qui nous confirment que c’est bien une relation de manipulateur , là le couperet doit tomber et tenir bon, nos frustrations sont encore là mais moindres et de plus en plus gérables dans le temps.
Nath, lorsque la manipulatrice avait repris contact, a sa première phrase il y avait déjà de l’extorsion de sentiments, j’étais en connaisse de terrain, j’ai donc poursuivi pour avoir les confirmations, j’ai ensuite espacé de plus en plus les SMS pour finir par ne plus rien envoyer. Elle fait pareil, je n’ai plus rien reçu depuis 18 mois, je sais exactement ce qu’il se passerai si elle le faisait : Je dirais quelque chose comme : « tiens plus de nouvelles et tu réapparait » et elle répondrait « Je n’avais plus rien non plus et pensé que tu voulais vivre ta vie sans avoir à te préoccuper de moi »…voilà …alors pas la peine de vivre une histoire dont on connaît la fin…faut passer à autre chose…pas facile..
Courage Nath si tu es dans une période ‘Bas’, je sais ce que c’est on le traverse ensemble.
# 16/04/2012 à 09:15 Nath
bonjour Victime,
tes mots sonnent tellement juste à mes oreilles, c'est exactement cela que je vis, nous sommes dans la même phase si je puis dire,
dans ma "non-relation" actuelle, rien n'a été verbalisé, je sais et il sait que je sais, mais la "façade" est intouchée, la communication a "surfé" dangereusement, je n'ai pas accusé ouvertement, j'ai suggéré. Cela me permet de voir, avec recul, la façon dont il réagit, les stratégies qu'il met en place, la façon dont il essaie sans doute de se sortir de ce guêpier,
il n'y a pas de victime ni de bourreau ici, je me suis dégagée de son emprise. La seule chose que tu soulignes très bien d'ailleurs, c'est la nécessité que j'ai encore de m'assurer à 100 % de la justesse de mes perceptions à propos de lui.
J'en ai besoin pour me détacher tout à fait, pour ne pas avoir le sentiment de perdre tout, je tiens très fort à mon "honneur", mon opinion de moi-même et cela passe par une période de "jeu" avec lui ou je l'amène (ou du moins je pense le faire !) à se dévoiler entièrement. Là, je n'ai pas de nouvelles de lui, mais c'est à moi à lui en donner (selon le dernier envoyé) . Je tarde . En même temps, je ne me fais aucune illusion, je ne lui manque pas, ce qui lui manque, c'est la domination qu'il avait sur moi, le plaisir de me faire des coups bas. Et donc l'idéal serait qu'il soit de moins en moins prudent, pour que je n'ai plus aucun doute, là j'arriverais à couper totalement les ponts. Dans ses derniers mails et messages, il proférait des mensonges de plus en plus grossiers, j'en riais même tellement c'était enfantin et stupide, lui qui se dit tellement intelligent, il se ridiculisait. Bref, j'attends, je lui enverrai sans doute cette semaine quelques nouvelles brèves, sans affect, et je verrai sa réaction ou pas,
je suis prête à l'idée qu'il a déjà fuit peut-être au loin, qu'il a fait le deuil de cette non-relation.
Qu'il a renoncé à me faire encore ses tours de minable.
Merci de ton attention, Victime,
Je reprends confiance en moi, de jour en jour,
j'espère que tu peux en faire de même, toi aussi,
nous le méritons bien,
nath
# 16/04/2012 à 14:01 Victime
Bonjour Nath,
Si je peux me permettre d’un conseil, c’est de ne pas lui dire qu’il agit en manipulateur, je l’ai fait et malheureusement elle a retourné le raisonnement contre moi. De plus, je me suis rendu compte que ça lui a donné l’occasion d’encore de trouver des justifications dithyrambiques et embrouiller mes esprits.
Pour te donner un exemple, après lui avoir dit qu’elle était une manipulatrice, j’ai reçu un message qui me disait que je m’exprimais parfois dans un langage qui m’était propre et donc pas clairement, lorsqu’elle m’a fourni des exemples que je lui ai demandé, en fait tout venait d’elle. Lorsque je lui fais remarquer que tout venait d’elle, elle m’a aussitôt accusé de chercher la petit bête et d’être mesquin à aller dans le détail…
Ca ne serait que leur permettre d’esquiver la vérité.
Pour les messages que tu donnes, ce n’est pas facile d’arrêter, comme AD le disait ça engendre énormément de frustrations. Mais parfois il vaut mieux faire comme tu le fais, tu donnes très peu, au fur et à mesure tu te rendras compte que la relation est désuette, devenue sans base et ça sera plus facile de couper. Ce qui m’a déterminé à ne plus écrire c’est cette peur qu’elle ne me dise ‘C’est toi qui est revenu vers moi’…je n’ai pas envie d’entendre cette phrase…vraiment pas.
Si tu as eu l’occasion de garder les messages, relis les et vois –comme tu le dis – combien il se fourvoie, ment ou n’alimente rien de sérieux. Laisse tomber le combat intellectuel dans lequel on s’engage avec plaisir et parfois passion pour leur montrer où se trouve la raison. Notre conviction d’être dans le bon doit nous servir à leur tourner le dos pas de les sauver.
Merci pour tes messages, ils me font aussi du bien, je suis pour le moment dans ma phase haute, avec comme à chaque fois l’impression que plus rien ne pourra m’en déloger, mais j’ai à chaque plus de volonté et de dynamisme.
Courage et n’hésite pas à écrire quelle que soit ta phase.
# 24/04/2012 à 15:26 Nath
Bonjour V,
merci de ton post, comme d'habitude plein de bon sens et d'encouragements,
là , comme je l'avais écrit, suis dans période de flottement, la "relation" est en plein tournant, ou plutôt je n'ai plus de nouvelles de cette personne, les dernières ne laissaient pas supposer un arrêt net de toute communication, mais moi je faisais passer de moins en moins de personnel dans mes écrits,
je pense que c'est une nouvelle stratégie de sa part : m'acculer au "pétage de plombs" càd me pousser à m'emporter, à perdre mon calme, à lui faire des reproches, ce qui lui permettrait de mettre un terme à la relation en étant "gagnant" : c'est moi qui suis l'hystérique, lui il fuit tout simplement une relation qui le "perturbe",
et donc, je ne sais pas vraiment si tout compte fait, il ne vaut pas mieux le laisser dans la m. qu'il a lui-même fabriquée : un vide total où je sens bien qu'il attend de ma part une réaction brutale, ou un épanchement sentimental et nauséeux,
bref, chacun sur ses positions,
tu as connu certainement, et tu vas me dire qu'il vaut mieux ne pas réagir, ne pas lancer de signaux à l'ennemi, rester dans son camp bien sagement , le camp des gens "normaux", "sains", et c'est vrai, très certainement,

mais que c'est dur d'être privée de tout contact, de se demander ce qu'il fabrique, ce qu'il espère, ou pire, de l'imaginer se disant "bon débarras"...
je suis bien perplexe,
bien à toi

nath
# 24/04/2012 à 16:19 Victime
Bonjour Nath,
J’ai vécu le même genre que toi et je me permets de parler de moi afin que tu te sentes moins seule et peut-être te donner des clés pour avancer.
Après multiples ‘mini ruptures’ ce fut la rupture totale, finalement elle a repris contact, je n’ai alors plus donné aucun renseignement personnel – tout comme toi, je lisais, j’écoutais ses explications abracadabrantes (mais comme je savais l’impact était très réduit), le dernier message que j'ai reçu de ma manipulatrice, ne laissait absolument pas présager cette période actuelle sans nouvelles (cette fois je pense bien ne plus en avoir), bien au contraire, ce dernier message était plutôt du style ‘je vais m’accrocher à toi pour un moment’ et pourtant …plus rien de rien…
C’est donc exactement le même schéma que celui que tu me décris. Je ne peux pas et ne veux pas te dire ce qu’il se passe dans leur tête, est-ce fait sciemment ou simplement négligemment, nous attendent ils en nous faisant mijoter ou est-ce simplement de l’indifférence, recommencent il avec quelqu’un d’autre ou souffre t’il, ce sont la des questions qui devront rester sans réponse et le plus difficile est là accepter de ne pas avoir cet élément, ce tout petit élément qui referme la porte sur nos espoirs. Tout ton travail va être d’accepter que ça se termine de cette façon, ne pas te poser en victime parce que tu n’as plus de nouvelles, mais ne plus te poser en responsable parce qu’il ‘pourrait souffrir’.
Je comptais les jours, espérant des nouvelles, mais j’ai tenu bon, j’ai compté les mois, et passé par ces satanées phases où je me sentais parfaitement bien et ensuite parfaitement mal, envie de provoquer le hasard, hypocrite à faire des détours espérant la croiser mais entièrement satisfait que ça ne se produise pas.
Je pense que tu vas passer par là, l’envie irrépréhensible d’avoir l’explication, l’envie qu’il fasse le premier pas, accepte que tu puisses penser de cette façon, accepte ta faiblesse, elle sera plus facile à maîtriser. Dis toi « oui c’est normal c’est un phase, dans 1 semaine je sais que je penserai autrement », tient bon ! Occupe toi un maximum, prend de la fierté dans ce que tu fais. Tu seras envahie de doutes, de besoin d’être rassurée c’est certain, le tout va être d’arriver à te désolidariser et à avoir un peu la ‘méchanceté’ (qui est en fait de l’honnêteté)de penser tant pis pour lui c’est à moi que je dois penser, je n’ai pas besoin de lui, j’arriverai à avancer sans lui. Tu vas scruter ta messagerie, tu vas avoir le cœur qui s’accélère lorsqu’une parole, un endroit te rappelleront à lui, mais encore une fois, garde en tête que c’est une phase. J’espère que tu trouveras une vraie personne qui s’occupera réellement de toi, qui sera vrai et à qui tu pourras donner de ta gentillesse de la façon la plus naturelle, telle que tu l’a toujours fait.
Courage, n’hésite pas à écrire ici dans les moments difficiles, exprime les, écris ce qu’il se passe dans un journal ça va t’aider, tu pourras structurer certaines choses et mesurer tes évolutions.
# 26/04/2012 à 15:39 Nath
bonjour Victime,

en fait j'aimerais partager avec vous une impression assez troublante que j'ai perçue assez souvent dans cette "relation" : c'est l'impression de la vivre aussi et beaucoup dans notre imaginaire.
J'en veux pour preuve que même si j'avais très envie qu'il m'appelle , si par hasard il me contactait, je ne "sautais" pas sur mon portable, un peu comme si je redoutais le "réel", la sortie de ma relation "vécue", comme si je savais que j'allais être déçue et que je ne voulais pas en savoir plus sur la raison de son appel,
j'écoutais le message par la suite bien sur, mais je "décalais" en quelque sorte la communication.
As-tu ressenti cela aussi quelques fois, comme si tu gardais le contact dans ta tête et que tu le fuyais pour retarder un peu la désillusion, parce que tu savais consciemment qu'il y aurait désillusion.
Dans les moments de rupture ou quasi rupture avec le pn, c'est la même chose, je reporte le message que je lui écris dans ma tête mais pas réellement, etc....
De là je pense notre participation au processus, conscient même, il y a vraiment un "couple" dans cette relation, même si ce n'est pas dans le sens premier et affectueux.
Alors que le pn a peu ou très peu d'imaginaire, je suis persuadée que son ou sa "partenaire" en a lui ou elle bien plus que pour deux,
qu'en penses tu ?
Et pour la petite histoire, j'ai rédigé un message, mais je ne l'envoie pas, je résiste, j'attends ...
Chaque jour sans est une victoire sur moi-même,
amitiés à toi

nath
# 28/04/2012 à 10:43 dsa
find, all of a sudden floating garment sleeve wind, flying standard sky, I do not know from where. Sha Tuochang, and Chang Tianjun Zhang Dingyuan all of a

sudden falls away from slender air, although shocked, shatuo zhangmen earliest shout an order: “good boy Zhang Dingyuan, nowadays you can not escape!

“Zhang Dingyuan out loud:” little God was going to oakley sunglasses lower price purchase minimize away the stab-in-the-back company you villain! “Chang

Tianjun bold forced the earlier step, snapped:” Zhang Dingyuan, survived a little dog, dare bragged unblushingly that! “Zhang Dingyuan fire, forced 1

action ahead, cold:” you lapse of the inverse architects, Mongolian scum on the long, nowadays I esteemed Zhang Dingyuan prior to cleaning. “Say your poly

gas, prepared to strike from succeeding. Chang Tianjun lower price sunglasses oakley was relying on to, a domineering campaign, but this consume named by

Zhang Dingyuan, involuntary flinch Cheap Oakley Sunglasses sale back. Shatuo zhangmen all of a sudden

cried: “wait a moment hand! “Zhang Dingyuan all of a sudden foot, turn:” do not you believe he would die before! “Cold shatuo zhangmen hum:” advantages

of push much less tongue, an outdated fellow like me to request you, exactly where have those people outdated man? “Zhang Dingyuan tick:” little Lords do

not desire to solution you! “Sha Tuojiao primary anger:” when you are prepared to inform the oakley dispatch ii whereabouts with the 4 men, an outdated

fellow like me nowadays to create an exception in your way out, you ungrateful! “Zhang Dingyuan sneer sound:” do not you worry, anxious small Secretary

earliest discovered the brand of beasts, after which to inform you outdated dog! “Dog export figure earlier, Palm, directly to Chang Tianjun knock. Chang

Tianjun know Zhang Dingyuan, and exactly where hard, Shua Flash 7 action back, Palm of Dingyuan, effective possible escape. But Zhang Dingyuan figure

Cheap Oakley Sunglasses Outlet of the disorder along the lines of substantial winds, has lengthy been

around the track, do Eyes, Gong CHEONG ju stroll in silence. Zhang Dingyuan seeing this odd sight, is how can the elderly on behalf of Litsea cubeba cloud 3

odd South China sea rescue, Gong mentioned CHEONG ju went back: “Zhang Dingyuan, you are not wanting to trace an outdated fellow red-colored oakley

sunglasses females like me. Just discovered an outdated fellow like me you followed, an outdated fellow like me to outdated passing away Cang cloud! “Zhang

Dingyuan forward to go along, louSecretary smart, coke big eyes, are numerous while you advertise shining externally, dermis has unique cyan, now wishes to

come, fruit is not simple, but one more person, then who does? “Fang Hao search Reum road:” the additional terrible, and smart a great deal bigger compared

to coke, was a woman. “Purple bacteria surprise:” woSolution is nonetheless as well thorough. Yun Shishi

Cheap Oakley Sunglasses Sale Store
# 30/04/2012 à 08:16 Victime
Bonjour Nath,
Je pense comprendre ce que tu expliques, c’est effectivement une drôle de sensation, je pense l’avoir vécu. Dans mon cas, c’était plutôt, comme si les bons moments effaçaient les mauvais, j’ai l’exemple d’un tableau sur lequel auraient été notés les bons souvenirs et chaque fois que je subissait ses assauts s’était rajouté sur ce tableau, j’en avais une vision claire que ça n’allait pas, ce n’était pas de l’amitié, mais le temps que tout cela fasse son chemin, que le cerveau et que les sentiments qu’il gère arrivent à former des arguments concrets, l’ardoise est effacée, seuls restent les gentillesses, les rires, les mots, les espoirs.
Alors avec le recul oui, j’ai l’impression d’avoir été en dehors de la relation, de l’avoir idéalisée. Je ne suis pas certain d’être sur la même longueur d’onde que ce tu me demandes Nath.
L’exemple que tu donnes à propos d’un appel sur ton portable me parle, effectivement, j’avais la même sensation que toi. Lorsque nous devions nous voir, j’y allais avec des pieds de plombs et pourtant très content une fois que j’y étais, lorsqu’elle me demandait pour l’appeler j’y allais vraiment de mauvais cœur et pourtant j’aimais l’écouter (bien que parfois elle me faisait patienter au bout du fil parce qu’elle était occupée et malgré mes propositions de rappeler plus tard elle insistait pour que je reste). Il m’arrivait très souvent de recevoir une proposition de sortie et ne pas avoir envie d’y aller mais je disais oui (parce que peur de lui faire du mal en disant non…).
Voilà j’ai donné quelques exemples, je ne sais pas si ça rejoint ton point de vue ?
Comment te sens-tu ? Tu tiens le coup ? Toutes mes pensées te soutiennent.
Amicalement.
# 02/05/2012 à 10:55 Nath
merci Victime,
oui, cela se passe comme ça, et c'est l'ultime violence sans doute, partir comme un(e) voleur(se), sans se retourner, sans trace,
on se retrouve "hébété", en demande normale d'explications, de raison de ce comportement aberrant. c'est exactement là où j'en suis, l'impression de lâcheté totale, mais surtout de négation de toute la relation, puisque cela ne vaut même pas la peine d'être débattu, c'est que cela n'a pas existé et surtout que cela n'a pas compté,
effectivement, il a quelqu'un d'autre, depuis quelques temps, je le savais, il me l'a dit, comme si tout cela était normal,
donc je présume que cette personne doit commencer à être la seule et unique proie maintenant, c'est ma maigre consolation, me dire qu'elle va commencer à entrevoir ce que moi j'ai perçu assez vite,
combien de temps durera leur lune de miel ? je pense peu car il vit dans le plaisir du conflit et va donc très vite la mettre à la sauce "maigre", pour qu'elle réagisse, pour qu'il voie "ce qu'elle a dans le ventre",

et moi, en attendant je ne sais quoi qui viendrait encore de lui, une dernière piécette, une dernière tentative, un dernier test de mon "état", je vis bien entendu, et plutôt pas mal,
j'ai quelqu'un qui veille sur moi, qui m'aime, depuis très longtemps, et j'en savoure la chance,
mais , victime, tu sais toi aussi que nous avons été attirés comme des papillons , par la lumière intense que distille le pn en début de relation,
et cette clarté là, même si elle est artificielle, c'est difficile de s'en passer après
je suis toujours en phase de décontamination, je le sens bien, je revisite encore et souvent mes "faux" souvenirs, les moments où c'était bien ,
mais je tiens bon et je sais qu'au bout du chemin, il y a une vie normale, ok, mais oh combien plus saine, et plus durable,
amitiés,

et toi ? ça va ?

au fait, il n'y a plus aucun signe d'Ad, j'ai peur pour elle qu'elle aie fait une énorme bêtise...

NATH
# 02/05/2012 à 13:16 Victime
Bonjour Nath,

Je suis content d’avoir de tes nouvelles, je sens que tu es encore occupée à attraper une corde qui s’échappe. Ces explications auxquelles nous aurions droit…
Une explication tu n’en auras pas, ce qu’il est possible c’est d’avoir des fautes de sa part, dans lesquelles il se contredit, mais ça signifie que tu devrais être suffisamment forte que pour ne pas tenter de lui mettre ses erreurs sous le nez, de ne pas arriver à le raisonner, constater ses contradictions et ne pas t’en servir contre lui car il aura toujours une explication sur laquelle tu auras envie de revenir car elle en te semblera pas convaincante…jusqu’à ce qu’il te dise ou te fasse penser que tu n’es pas assez bien ou intelligente pour comprendre…et là on retombe dans l’enfer.
Je dois t’avouer que lors de la dernière prise de contact, j’ai posé des tas de questions, je lui ai laissé penser qu’elle pourrait redevenir une amie (en fait simplement en ne la contrariant pas dans son plan), j’étais parfaitement au courant de ce qu’elle était, je m’était documenté, préparé, mais malgré cela j’ai encore commis des erreurs (pourtant je suis quelqu’un de méthodique, de patient), heureusement pour moi elle était dans sa phase de reconstruction (avant destruction bien sûr) et donc n’a pas trop insisté (mon erreur a été de lui dire qu’elle était manipulatrice et de m’être ‘emporté’ lorsqu’elle ne reconnaissait pas sa culpabilité évidente). Tout ça pour te dire que même préparé ce n’est pas facile, par contre ça m’a apporté des ‘non-réponses’ ça m’a aidé, mais ça ne m’a pas empêché de passer par ces courbes hautes et basses. Peut-être le ressens-tu de la même façon, ces pensées constamment dirigées vers la recherche d’une autre solution, d’un autre chemin que celui qui est orné d’épines pour arriver à une vrai entente. Comme un casse tête passionnant, une énigme évidente mais pour laquelle il manque une donnée ou mieux encore les formes impossibles (tu sais le sigle de la marque Renault), tu suis les courbes du regard et tu t’aperçois que ce chemin n’est pas possible, alors tu le suis dans un autre sens et pas plus de possibilité et pourtant il existe, il doit y avoir un moyen de le tracer…mais non c’est un objet qui existe sans exister...tout comme notre énigme que ces manipulateurs décrivent devant nous.
La revisite des souvenirs est aussi quelque chose qui va s’atténuer, j’en ai fait les frais, surtout les endroits que nous fréquentions, les petites choses à gauche et à droite qui nous plaçaient des points communs, petit à petit je me suis aperçu que derrière ses bons souvenirs se cachaient de mauvais, et ses objet et endroits que nous partagions, je me les suis appropriés – c’est à moi pas à elle. Les as-tu notés ces souvenirs ? Je t’y encourage, bien loin de te faire du mal cela va t’encourager à repenser à ce qu’il s’est passé juste après. Si tu as une amie ou un ami sincère, n’hésite pas à lui montrer quelques un, à en parler, ça te permettra de désacraliser ce que tu penses de lui, tu verras que d’autres penseront comme toi.
La lumière était intense mais elle brillera encore à d’autres endroits, peut-être moins forte au début, mais moins brûlante, et certainement plus chaleureuse.
De mon côté ça va, je suis encore en phase haute, il y a eu une espèce de déclic, qui arrive à me la faire voir comme une personne quelconque qui aura moins compté que quiconque, voici environ 3 semaines que je suis dans cette phase, c’est encourageant. J’ai la véritable impression d’avoir fait mon deuil, mais comme tu le sais c’est assez trompeur comme sensation. Donc à voir.
Tout comme toi, je m’interroge beaucoup au sujet de AD, elle ne semblait vraiment pas aller bien. Il y avait alternance entre je vais bien et pas bien du tout et c’est inquiétant, j’ose espérer qu’elle est internée pour le moment et n’a pas accès au site. Je crois les doigts pour elle, je lui avais donné mon adresse e-mail pour me contacter au cas où mais je n’ai rien reçu jusqu’à présent.
C’est rassurant de savoir que quelqu’un veille sur toi et ce depuis longtemps, alors profites en, c’est certainement quelqu’un qui aime donner alors prends car tu es dans une période où tu as besoin de prendre sans fausse pudeur, lui/elle comprendra j’en suis certain.
N’hésite pas à poster et s’il y a des points plus précis n’hésite pas à me demander, le but est quand même de se retrouver libéré de notre conscience.
Continue à tenir bon et ne t’en veux pas d’avoir des faiblesses, c’est normal.
Bon courage.
Amitiés.
Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×