Plus bas je te précipite plus grand(e) je me sens

Auteur  
# 01/08/2014 à 08:55 Halto
Et voilà!...seule avec quatre adolescents, après avoir fui le père vert furieux de ne plus être suffisamment compensé comme lorsqu'il était enfant-roi tout puissant chez des parents faibles, il me vient l'idée de chercher (et de partager) un peu de soutien et de réconfort auprès de ma très petite famille: une mère, une soeur , un frère.
Soeur avec cancer hormonal, frère en plein divorce, et mère éloignée et isolée après décès de mon père. Je me dis que tous sont comme moi dans une période déstabilisante, et qu'il est surement possible de recréer du lien et un peu de solidarité, quelque chose de réciproque, de mutuel. Ma soeur étant très malade, je reviens vers ma mère sans affects et destructrice. Psychose blanche dit-on, "sans symptomes"...Lol Vous l'avez devant vous le symptome! Halto en personne : ) Bref, je pense à ma soeur, et je reviens vers la dame qui est sensée être une mère et même parait-il la mienne...Ah bon!? Donc, on aurait dit que j'avais une mère et j'appelle la dame pour lui remonter le moral me disant qu'un choc affectif comme la perte de son mari, et la solitude pouvaient avoir modifié des choses dans son fonctionnement. Très vite elle se met à me parler de son fils (mon frère donc) dont elle n'a plus de nouvelles. Elle se plaint, geint, soupire, récrimine...en boucle. Je finis par rentrer dans une empathie d'environ 8% car chat brulé au 3è degré craint les feux de l'Enfer, et après plusieurs mois de jérémiades "maternelles" je me décide à demander à mon frère de se manifester un peu auprès de Phèdre éplorée. Mon frère se fache ... avec moi, bien sur! Fin de l'acte I
Ensuite (merci les connecteurs logiques vous me sauvez la tête!), ma soeur se fache contre moi car j'ai omis de me prosterner sur le seuil de son petit monde merveilleux , la petite maison dans la prairie, et sanctuaire blindé contre les attaques perverses de sa mère, à contempler sans modération. Bon là je vous passe les détails c'est trop triste de voir sa soeur sans aucun recul sur les traumatismes de l'enfance...Fin de l'acte II
Acte III ou conclusion :
Les pervers et perverses ne changent pas quelque soient les épreuves. Quant aux victimes collatérales des parents "insane", les enfants donc, leurs souffrances et leurs traumatismes sont tellement ancrés, la terreur du CHAOS est tellement omniprésente, qu'il n'y a aucun espoir de créer du lien ou de la solidarité entre eux. La fuite en ordre dispersée est la seule issue pour les enfants. Hélas!!! J'en suis triste quelque part. Quand la vieille déséquilibrée sera morte peut-être?
"Docteur je n'en peux plus disait Balzac, ma mère est folle!"
-Non Balzac répondit le Docteur, elle est méchante........................................
Protégez vous chers amis! Bises et bonnes vacances.
Halto
# 03/08/2014 à 22:54 LylyE
Bonsoir Halto
Comment allez vous ? Je suis tellement désolée que rien ne s'arrange avec votre famille. Je vous souhaite une bonne soirée, à bientôt
Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×