Quittée par un pervers narcissique

Auteur  
# 02/11/2013 à 23:51 Lorence
Le PN quitte quand il est découvert, et qu il saisit que l on voit clair dans son jeu. Il quitte la plupart du temps en ayant assure ses arrières. Il se fait passer pour une victime, trompe avec une nouvelle proie qui le console et vous quitte violemment en coupant net la communication pour ne pas avoir a se justifier.
C est un menteur et manipulateur pathologique. Il Uitte lâchement et diabolise sa dernière compagne pour ne pas se remettre en question . Il est lâche et cruel .
Il jouit de nous voir perdre le contrôle , il croit en étant violent avoir un pouvoir sur nous.
Il crée le manque, car bien que malmenée sa victime ayant été soumise à la double contrainte , ou douche écossaise souffrira ... Et ça c est une véritable jouissance pour lui.
C est pitoyable mais j ai été quittée il y a deux mois par un PN et je n arrive toujours pas a relever la tête. Humiliée , comparée à sa nouvelle proie comme étant tellement moins belle et si peu aimable contrairement a elle. Sa cruauté est lamentable mais elle fait partie de cette pathologie...
# 03/11/2013 à 10:11 halto
Bonjour Lorence,
Quelle analyse parfaite du fonctionnement PN!!!
Je crois comme vous que le fait d'être lucide, d'avoir compris "comment ça marche", ne suffit pas à sortir instantanément de la souffrance.
Oui , plus il va vous abaisser plus il se sentira puissant. Plus il vous verra souffrir plus il mettra à distance sa propre souffrance inconsciente (et bien antérieure à votre relation) et sa propre incapacité à la transformer.En ce qui concerne les saloperies qu'il projette sur vous, soyez sure qu'il sait exactement ce qu'il fait. Il vous a beaucoup sondé auparavant et il connait vos moindres failles, chaque point sur lequel vous êtes susceptible d'être en doute, ou "déstabilisable" de par votre histoire personnelle. Bref, c'est scientifiquement qu'il attaque.
Comment le fait-il? Par écrit? Menacez le d'une plainte pour harcèlement moral
# 04/11/2013 à 18:12 Lorénce
Merci halte pour votre réponse.
Hélas je ne le sais que trop , identifier et comprendre le fonctionnement du PN ne diminue pas ma souffrance. Il a violemment coupe le contact, m a quitte par SMS car il a besoin de mettre sa propre souffrance a distance. Difficile pour lui de se confronter à tout type de souffrance.
Depuis qq années j ai une sclérose en plaques et il a pu me dire d arrêter de faire de la comédie et de vouloir faire mon intéressante quand j ai eu des crises . On est dans le pitoyable .. Mais j intellectualise aussi pour rationaliser et ne pas sombrer, et me dire qu il n y a rien a comprendre de plus, si ce n est me poser les bonnes questions pour comprendre mes failles que j ai bien situé il me semble.
Je fais un métier de soin et la , je ne suis plus en mesure de le faire, car j ai du mal à accepter que j avais identifier sa pathologie mais que j ai cru à force d amour l aider. Non ce n est pas de l orgueil mal place , mais l affect a pri le pas sur la raison et dans l intime on est ni psy , ni soignant, on est un être humain dans l affect.
Je me pose la question de la réparation, du deuil , et j avoue que ça n avance pas vite. Peur de ne plus jamais aimer, faire l amour.. C est peut être primaire , mais je doute de ma capacité d être aimable!
# 04/11/2013 à 19:34 halto
Chère Lorénce,
J'ai l'impression de me lire lorsque vous écrivez... Votre tête vous sauve et c'est ce que recommandent les spé. : la tête! Faire travailler notre esprit d'analyse et notre logique , ce dont ces petits pourris de pervers nous ont si longtemps privé(e)s en nous manipulant mentalement et affectivement. Pour le deuil, j'en suis au point de me dire qu'il ne faut pas brusquer les choses : nous avons aimé honnêtement malgré ces signes inquiétants qui auraient du nous faire partir en courant, mais notre foi dans l'humain nous en a empêché...Courage. On se tient les coudes ici : )
Et une bonne soirée à vous envers et contre tout, et surtout contre cette saleté d'ectoplasme prédateur
# 05/11/2013 à 20:00 Lorénce
Bonjour Halto,
Votre réponse m a fait rire, et m a réconfortée . L histoire de l ectoplasme excellent ! Comme vous dites , je fais partie des spécialistes professionnels et je suis pourtant tombée dans le panneau. Il a touchée ma corde sensible et je me suis laissée glisser dans l horreur.
Je m en veux car j ai aujourd'hui hui je suis HS, incapable d écouter la souffrance de mes patients. Pourtant , j étais avertie . Comme je vous le disais hier, on n est pas soignant dans l affect , on est soi même avec ses failles et peu de recul.
Ce qui est terrible, ces que ces monstres utilisent l intime pour rabaisser. Ils sont intrusifs et salissent l être au plus profond de soi.
Ne connaissant pas votre histoire, et sans être indiscrète , j aimerai savoir Halto si pour vous il a été possible de re-aimer un jour. Je sais que le deuil est une histoire de temps propre a chacun .. Mais je suis vraiment désespérée..
J espère que vous avez retrouvé un nouveau souffle de vie , la petite lumière intérieure qui nous donne envié de vivre ...
Bien a vous Halto
Lorénce
# 05/11/2013 à 21:32 Halto
Alors mon histoire avec PN est tordue fatalement. J'ai eu quatre enfants avec un manipulateur pervers qui a été éduqué sur le principe des apparences, et entrainé à la manipulation dès son plus jeune âge.
Lui n'a pas été désiré par sa mère, puisque son père a abandonné les deux à l'annonce de la grossesse. Bref, arrivé au monde, il fut mal accueilli, peu aimé et peu reconnu pour lui-même (sa mère projetant son amertume, son dépit, sa colère sur lui). Par contre milieu très aisé( elle s'était remariée aux 4 ans du PN) donc il fallait sauver les apparences coûte que coûte! Mère et beau-père ont donc couvert et cautionné tous les appels au secours sous forme de passages à l'acte : "nous sommes des notables, il ne peut y avoir de déviant chez nous".
Bref, depuis toujours il manoeuvre les gens sur la base des faux-semblants, avec en arrière-plan une ambivalence amour-haine viscérale( et justifiée )des femmes, ainsi qu'une incapacité de s'engager auprès d'elles.
J'arrive dans le décor avec une enfance malheureuse, un abandonnisme inconscient, une énergie et une combattivité débordantes, et l'envie de construire des chateaux en Espagne pour oublier la misère affective de mes jeunes années. Je me rends compte après 4 magnifiques enfants, doués pour tout, que leur père est incapable d'engagement (refus du pacs ou du mariage, refus d'acheter une maison, refus de déménager, refus de voir nos amis communs ou de recevoir mes amis, etc...)
Je comprends douloureusement que j'ai fait un mauvais choix d'objet comme disent les psychologues, et je décide de désinvestir la relation. Lui se voit dans mon regard tel qu'il est : incapable d'avancer, incapable de construire, incapable d'accéder aux besoins d'un alter égo et aux besoins de ses propres enfants. son image narcissique s'en trouve amoindrie, sa capacité d'avancer sur la base du leurre, anéantie. Et là, Il décide de me détruire. J'ai frôlé l'extermination, le mot d'ordre ayant toujours été au sein de sa famille de masquer, de tricher, de mentir, ou d'abattre son joker. J'ai arraché le masque à deux mains alors que je l'aimais encore autant que chacun de mes enfants.
Il m'a dit : "Pars! Sauve les enfants. Je suis comme les tueurs en série. Je vais te détruire"
Après 6 mois d'attente, je trouve une maison pour moi et mes 4 enfants : 6 mois d'horreur, de violence morale quotidienne, de viol mental et moral ininterrompu...
Très vite il a réinvesti au sens de parasité, une autre femme. Mon fils ainé l'a démasqué auprès de celle-ci qui a pris ses jambes par la suite. Je crois qu'il papillonne désormais sans pouvoir trouver de matrice pour alimenter son atrophie psycho-affective acquise à travers les carences infantiles. Il est vide, sans affect, sans compassion, sans empathie. Il est un Canada dry("ça ressemble à un humain, mais ça n'en est pas!"Pub)
Moi je suis profondément meurtrie car je me prends aussi mon bilan psycho-affectif pleine poire : pourquoi suis- je allée vers un être aussi inconsistant?Pourquoi n'ai-je pas été capable de trouver quelqu'un de solide ou de capable de construire-avec-moi?
Ce que je sais c'est que ces "créatures" choisissent des gens brillants et plein d'élan vital. Ils les vident puis les détruisent car ils restent des embryons ou des avortons qui ne peuvent survivre sans les qualités de leur proie.
Cela fait deux ans que je suis partie. Je ne me reconstruis pas activement. J'attends que le temps fasse son travail de réparation. certains jours sont heureux et d'autres sont tristes et amers parfois. Mes enfants m'aident à continuer la lutte mais intérieurement cette ordure m'a eue au lance-flamme. Je lui ai dit que j'attends le jour de sa déchéance sachant que je parle à un être mort aux autres...
Ce que je ne suis pas.Mon espérance est là
# 05/11/2013 à 21:34 Halto
Oups : "pris ses jambes à son cou"
# 06/11/2013 à 11:50 Lorénce
Chère Halto,
Je trouve votre témoignage très touchant et très émouvant.
Vous avez en effet été très courageuse de désinvestir la relation avec 4 enfants . Mes enfants sont le seul lien qui me tiennent a la vie pour l instant.
Vous avez également bien identifier les rouages de la PN , hélas cela ne suffit pas a atténuer la souffrance et les dommages intérieurs.
Je suis comme vous, des jours très tristes et des jours ou ma tête rationnalise , et je me dis que c est un mal pour un bien.
Le temps fera son œuvre j en suis sûre, mais les stigmates seront la à jamais.
Ce qui est incroyable , c est de ressentir des manques . L histoire de la double contrainte certainement . J ai vécu 3 ans a vouloir tout contrôler de mes mots, mes gestes pour ne pas lui déplaire afin de ne pas actionner sa méchanique perverse. Aujourd'hui , difficile d être soi même.
Il faut lâcher prise, se servir de sa tête au maximum pour ne pas tomber dans des émotions négatives. Bouddhiste, je sais que les émotions négatives nourrissent le mal et qu il faut s en détacher. Sur un autre. Site, on a trouvé que c était condescendant de ma part de parler ainsi, mais je vous assure que c est juste une constatation. Et puis a quoi bon? Ça leur donnerait un plaisir , une jouissance et non merci.
J ai de la colère, je n aime pas cette colère et je sais qu il ne volera pas ce qui me reste: ma morale et mon empathie pour l humain .
Hélas, il a altéré ma foi en l homme et en l amour mais j espère qu un jour mon cœurs reverra la lumière.
Je vous souhaite une douce journee
# 06/11/2013 à 13:34 Halto
@Lorence,
Je pense qu'un PN veut que l'on souffre de leur propre coupure par le fait de nous salir, de nous abaisser, de nous affaiblir, de nous isoler. Nous faisant perdre toute confiance en nous.Tacher de me revoir jolie dans le miroir est une victoire sur lui et sur moi, me trouver belle et bien habillée est une victoire sur lui et sur moi. Et tout est victoire. Je renais de ces petites choses après avoir été très déshumanisée par les "viols" et violences morales des derniers mois.Se prendre un PN dans la tête est la même chose que d'être victime d'un attentat à la bombe, sauf que les dégats sont psychologiques et non pas physiques. Avec tout le respect que je dois aux victimes physiques d'attentats qui ne se remettront peut-être jamais, tandis que pour nous tout espoir n'est pas perdu : )
Pourtant je me rappelle d'un témoignage très marquant d'un ancien du vietnam dans un documentaire incroyable sur les vétérans . L'un des témoins disait : "I an physically wounded, not psychologicaly"(il avait perdu une jambe). Il en semblait presque fier et heureux tellement ceux qui avaient été psychologicaly wounded étaient esquintés... Ce qu'on a vécu n'est pas rien. C'est une rencontre avec le Mal, et la volonté radicale de nuire. Ce n'est pas rien.

Vous êtes psychologue? Les soignants sont une cible privilégiée des pervers. Comme le dit le Web Master de ce site : ils ne chassent pas les vaches dans un couloir. Il leur faut des proies de qualité!

Vous n'avez rien de condescendant, rassurez-vous. Et votre témoignage est très sincère et touchant aussi. Vous ne manquez pas de courage en dévoilant que malgré votre formation, vous n'avez pas évité le faux pas. C'est très honnête et courageux !
# 06/11/2013 à 13:49 Halto
oups, "psychologically" avec deux ll
# 06/11/2013 à 14:46 Lorence
Halto
Merci pour votre réponse encourageante. Rencontre avec le mal incarne, et on a beau se dire qu ils sont psychotiques , et bien on a du mal a leur pardonner.
Sont ils conscients ou pas? Je pense qu il y a des glissements de terrains, si je puis m exprimer ainsi.
Comme me dit un ami très cher, même les petites victoires sur soi, sont de belles victoires quand on vient de traverser un champ de mine.
J ai une sclérose en plaques et il était capable de me dire " que ne ferais tu pas pour être le centre du monde, c est bon arrêtes ton cinéma! " pourtant , je ne me plains jamais et je suis heureuse de ce que j accomplis encore malgré cette pathologie.
En y pensant et avec du recul, on est dans la cruauté et le grotesque morbide.
Alors oui Halto, vous avez raison se trouver jolie, rire devant un film ... Est une victoire....continuons .... A vivre...
Lorence
# 06/11/2013 à 15:48 Halto
même les petites victoires sur soi, sont de belles victoires quand on vient de traverser un champ de mine

Quelle belle phrase, pleine d'affection et de reconnaissance!

Lorsque j'étais étudiante, je me souviens d'une femme bien plus âgée que moi qui venait d'argentine et avait été jetée en prison par le dictateur Videla. Elle disait avoir tenu les affreux mois d'enfermement en prenant chaque matin le soin de peigner ses cheveux.
Elle n'avait que cela pour rester humaine et pour garder son identité. J'ai été très marquée aussi par ce témoignage.
Il m'a enseigné que l'on peut résister à travers de toutes petites, de minuscules choses face à la plus cruelle oppression. Je crois que se raccrocher à ces choses qu'on ne peut nous enlever permet peu à peu de "retricoter" son identité.
Et puis il y a le sourire de nos enfants, leur bien-être, leur joie de vivre qui sont de grandes choses : )

Pour ma part, j'ai aussi renoncé à certaines vertus enseignées par une mère perverse : "Aime ton prochain comme toi-même", "a coeur vaillant rien d'impossible", "impossible n'est pas français" et j'en passe, qu'elle me forçait à assimiler et qu'elle ne s'appliquait jamais à elle-même bien sûr, le but étant que je la porte elle sur mon dos. Bien qu'âgée maintenant, elle reste la seule petite fille de la famille : une diva plutot qu'une mère, capricieuse, querelleuse, égocentrique, hyper-narcissique, insensible et imperméable à ce qui ne la touche pas directement, mythomane, ayant instrumentalisé à son bénéfice chacun de ses enfants et voilà le résultat .
Je pense que la victime d'un pervers est formatée pour rencontrer son pire ennemi et que le plus important est de se reconstruire de façon à ne plus jamais tomber sur des gens qui sont nos opposés, donc des gens destructeurs. Sacré défi, tellement intéressant à relever! Vous ne pensez pas?
# 06/11/2013 à 23:27 april
Un ptit coucou Alto; c'est April;je me sauve avant que vous m'obligiez à "faire travailler la tête"; sérieux! Je rigole, vous le savez, vous nous êtes precious .. Lorence, je vous ai mis un ptit mp sur "l'autre" site, je vois que ça a l'air d'aller. Ah le Spa Altoien!
# 07/11/2013 à 07:55 Halto
April,
"Le poumon, vous dis-je" c'est dans le médecin malgré lui. Ici c'est "la tête, vous dis-je". Euh, sinon on en prête...
# 07/11/2013 à 08:13 Lorence
Sacré défi en effet.
En effet, les soignants sont une cible parfaite pour les PN mais aussi toutes personnes sensées leur procurer un écoute et les consoler, et surtout leur donner accès à un monde auxquel ils voudraient appartenir.
Ils sont soucieux de leur apparence et envient, convoitent ceux dont ils voudraient usurper les qualités, intellectuelles, culturelles ou sociales et entrer dans leur monde.Tels des vampires , ils aspirent la vie de l autre, vide de lui même le pn assure un pont affectif et passent a une autre proie. Lâchement et toujours avec violence, sans empathie, ni émotion pour ceux qu ils abandonnent, comme ceux qui laissent lachement un chien attache au bord d une autoroute.
Je rêve et j espère qu il va être puni un jour. Mais hélas, je ne crois pas a la justice divine.
Il a tellement manipulé son entourage , qu ils s évertuent a me faire une réputation de folle .. Ca me blesse terriblement mais j espère qu il se lassera un jour . La situation est mortifère car il vit dans la grange que j ai dans ma propriété et que je lui ai vendu pour misère sous la contrainte...
Le défi est pour moi de ne pas le croiser et surtout de me détacher de lui pour ne plus souffrir.
Il n y a rien a attendre de ces psychopathes... On ne communique pas avec un sociopathe!
# 07/11/2013 à 09:44 Halto
Chère Lorence,
J'ai malheureusement la même expérience de la violence de ces psychopathes que vous : /
Je suis allée jusqu'en licence de psychologie et je me suis faite rouler dans "le farin"en beauté moi aussi.
Leurs victimes sont souvent des résilients ou des résilientes avec de nombreuses failles que pourtant elles combattent (pour April :"tous les Acadiens, toutes les Acadiennes!Allez tous en choeur lol), et nous ne pensons pas qu'il puisse exister des êtres totalement amorphes qui n'ont pas d'autre moyen de survie que la dépendance totale, abusive, et à sens unique.
Je suis totalement d'accord avec votre description.
Pour ce qui est de votre situation de proximité par rapport à lui, c'est très difficile en effet. Songez-vous à vendre et à vous éloigner?
Comment sont vos enfants avec vous dans cette histoire? Sont-ils restés proches de lui? Vous soutiennent-ils?
J'espère ne pas être indiscrète, et bien sûr vous me répondrez si seulement vous le voulez.
Cordialement
Halto
Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×