Sentiment d un viol psychologique: peut aimer a nouveau?

Auteur  
# 07/11/2013 à 09:11 Lorence
Ce que je lis a travers tous les témoignages c est une trame commune : la souffrance, j entends parler de viol psychologique, du sentiment d être salie intimement, volée.
Me concernant , je me sens salie , utilisée, violée psychologiquement et je me pose la question de la réparation .
Ma tête peut se nourrir sans lui , ce PN a qui j ai tout donne de mon intime et qui l a utilisé contre moi, mais mon cœur et mon corps sont loin de reconnecter a un semblant d émotion , de vie.
Avec un PN , un je t aime peut se transformer en tu es une horreur pauvre fille , la minute suivante. Ils ont une fâcheuse mécanique et tendance perverse, celle de feindre l amnésie dans les mots. Le sens et la valeur des mots n ont pas la même représentation que dans la structure d une personne dite normale. Ils confondent émotion et sentiment, rien n a de teneur, de valeur, tout est aussi vide que leur être. Impossible de construire une base relationnelle avec eux car ils fonctionnent en miroir et vous reprochent tous les défauts dont ils sont composés. Ceux sont des psychotiques.
Tout ça nous le savons intellectuellement , nous avons doutés et tous doutés de nous même face a eux, été dans la confusion d une responsabilité quand a leurs comportements déviants, mais ce qui me taraude c est de savoir si c est possible d aimer après cette désolation.
Leur politique est celle de la terre brûlée, on laisse des traces invisibles dont nous aurons a jamais des stigmates...avez vous aime a nouveau?
Y êtes vous arrive? Avez vous ressenti cette sensation épidermique a l idée d un contact intime ?
Je pense qu il faudra du temps mais je ne trouve pas les outils pour transformer ces peurs et le dégoût que j ai du rapport au sexe oppose. Tout me ramène a lui. Un peu plus de Deux mois qu il m a laissé sur le carreau, après m assoir essorée et c est par vagues.
Douce journée a tous et toutes.
Lorénce
# 10/11/2013 à 12:15 Halto
Chère Lorence,
Je comprends ce que vous exprimez pour le ressentir aussi.
Personnellement je suis restée 17 ans avec lui croyant qu'il serait capable de lutter pour le meilleur et contre le pire bien que nous n'étions pas mariés. Or les difficultés qui m'ont affaiblie l'ont rendu plein de haine à mon égard, probablement car je ne pouvais plus le ressourcer suffisamment. Ainsi que je vous l'avais expliqué sur un autre fil, ses parents le compensent depuis toujours uniquement matériellement, mais jamais affectivement, jamais par le conseil ou le soutien. Avec presque deux ans de recul, je comprends qu'il n'a pas les ressources mentales, morales etc...pour affronter les difficultés de la vie ou les difficultés relationnelles. Je ne le vois plus désormais que comme un cas psy., aussi démuni que dangereux.
Rejeté et accablé sans cesse par une mère pleine d'aigreur et de sentiments d'échec, comment pouvait-il intégrer des sentiments de tendresse, de compassion? "Comment donner ce qu'on n'a pas reçu?" m'a dit le psychiatre que j'ai consulté alors que je dévissais...
Bref, cela restera quelque chose de très douloureux pour moi mais je ne tomberai plus dans le panneau de la compassion au niveau des relations intimes avec un homme. Pour l'instant je ne souhaite pas reconstruire une vie maritale. Je ne veux ni ne peux refusionner. Si je me projette dans une relation stable avec quelqu'un je sais qu'il me faudra du comptant, du sonnant et trébuchant. Je ne ferai plus crédit sur paroles. Les hésitations seront très vite sanctionnées!
Quant à l'attirance physique, j'avoue que même les très beaux et très sexys me laissent encore froide! Leur animalité, l'animalité en général me repousse encore. D'autant que je suis quelqu'un qui s'attache physiquement beaucoup plus qu'affectivement ou émotionnellement. Bref, je donne du temps au temps et ne désespère pas d'être un jour à nouveau tentée.
Voilà, ce n'est que mon ressenti et je ne sais pas si ces remarques vous apportent quelque chose. Il y a probablement des femmes qui ont été plus marquées psychologiquement que physiquement à l'inverse de moi?
Calice sur votre autre fil a répondu. Elle est de nouveau avec quelqu'un. Peut-être vous répondra-t-elle sur cette question?
Bon dimanche
# 11/11/2013 à 11:59 Lorénce
Chère Halto

Merci pour votre réponse. J ai un pb , sorte de bug car impossible de lire certaines discussions . Elles n apparaissent pas dommage .

Cela fait deux ans pour vous , le temps du deuil est propre à chacun et quand on souffre, tout nous parait lông Mais vous avez l air d avoir trouve la respiration nécessaire pour vous projetter et vous inscrire a nouveau dans le plaisir , c est très rassurant.

Vous avez raison sur le fait que si il y a une nouvelle relation un jour , elle sera sous conditions, celle du respect et de l amour même imparfait , nourrit le cœur, le corps et laisse libre l esprit.

La PN fait partie de la psychopathologie, donc moi aussi ça m aide de mettre mon ex dans la case "malade, ou pathologie" .

En revanche, je crois que même en n ayant pas connu l affection et eu de repères équilibrants au sein de sa propre famille enfant, il est possible si l enfant rejette l autorité et identifie la structure deviante (a sa facon) de son parent PN , de devenir un adulte aimant. Je ne crois pas au déterminisme, mais vous avez raison c est très difficile de se construire dans une famille non équilibrée surtout avec un parent PN. . Il faut des réperes c est évident.

J ai vécu cette relation comme un salissure, oui même si c est fort un viol psychologique et physique. Vous dites vous avoir œuvrer contre le pire , c est une énergie épuisante qui nous aspire et occupe toute la place dans notre vie.
Plus de place pour autre chose.

Aujourd'hui , beaucoup de fatigue , comme un mauvais voyage ...
Je vous souhaite une douce journée chère Halto.

Chaleureusement
Lorénce
# 11/11/2013 à 14:02 Halto
Bonjour Lorence,

Oui je suis d'accord au sujet du déterminisme. On peut avoir été le jouet d'une famille perverse et ne pas reproduire, mais alors on se retrouve parfois victime . Certains grands résilients ne deviennent ni bourreaux ni victimes, mais n'ont-ils pas croisé sur leur route un(e) "bienveillant(e)" qui leur aura inculqué les voies de la prudence, les règles de l'équilibre relationnel, la notion du respect mutuel à travers une confiance, un soutien réel et prolongé?
Dans ma famille élargie, les gens cherchaient plus par tous les moyens comment se protéger de l'esprit destructeur de ma mère, que de nous venir en aide. Et je les comprends, tant il est vrai que leur propre famille risquait aussi d'être dévastée par les crises de rage et les pièges aux conséquences terribles de ma mère folle ou méchante, ou encore les deux.

Il m'aura fallu en gros un an pour pouvoir retrouver des sensations de plaisir. La "renarcissisation" est longue et je pense qu'il ne faut pas hésiter à faire quelques pas même lents et terriblement souffreteux dans cette direction, en achetant des vêtements, ou un parfum enveloppant et rassurant, un joli vernis à ongles qui fait de jolies mains, en partageant nos expériences avec les PN(nous nous sommes formidablement aidés sur ce site entre victimes), en se propulsant parfois à l'extérieur même si l'on n'en a absolument pas envie. Les premières sensations agréables que j'ai récupérées sont celles du rire : ) tant il me semble vrai que derrière le rire, il y a souvent l'homme entier avec toutes ses failles et ses détresses. Le rire m'a servi de passerelle entre mon désespoir noir et cette humanité que la folie de l'autre avait réduite en pièces, et dont il m'avait coupée! Terribles les dégats que ces créatures peuvent provoquer, mais vous voyez je vais plutot bien désormais.
Autre chose m'a aidée à traverser cette période de déshumanisation totale : la certitude que ces êtres maléfiques me retrouveront sur leur route. Je ne renoncerai pas à cette guerre dans laquelle j'ai choisi mon camp, et forte de la connaissance que j'ai d'eux, qu'ils prennent garde aux entournures...
Si vous me permettez un conseil que vous ne m'avez pas demandé, je dirais : prenez patience, gardez de l'espérance même si elle vous semble terne et fade, et gardez quelques objectifs généraux en tête.Le courage ne sert à rien dans cette mésaventure, mais la patience paiera.Rassurer l'enfant blessé en nous est aussi très bénéfique, lui parler, lui dire qu'on lui tient la main et qu'ensemble on va s'en sortir. On se retrouve tellement fragilisé(e)s après un face à face avec un psychopathe.

Bonne patience et tout mon soutien chère Lorence
# 17/11/2013 à 11:58 Lorence
Chère Halto,

Merci de votre soutien et de vos bons conseils.
Il y a 2 jours ma mère est décédée, que de gâchis , elle et moi n avons eu aucune relation telle que je les conçois et les vis avec mes enfants. Je suis triste pour elle !
Ça fait longtemps que je n ai plus de colère contre elle car j ai compris qu elle était habité par cette pathologie , j ai alors limite les relations entre elle et moi car elles étaient toxiques. Je suis touchée de l avoir vu mourir dans de telle souffrance, même si sa violence et sa perversion m ont souvent plongé dans le désir qu elle le paie un jour. C est incroyable mais je me sens coupable de sa fin tragique.
Mon ex compagnon PN s est engouffre dans cette faille et quand il m a quitte , cet abandon m a renvoyé au rejet affectif de ma mère dans mon enfance, j en suis consciente.

Bien sur, cette enfance a fait de moi ce que je suis, ce désir de transformer les souffrances des autres, de leur donner l espoir que la vie peut être belle, sans fatalité, ni déterminisme . Ça a suscité ma vocation de soignante mais je pense qu on peut le devenir sans subir la violence d un parent.

J aimerai me réparer comme vous avez pu le faire, croire a nouveau en l amour..
Merci chère Halto de votre empathie.
Douce journée.

Lorénce
# 17/11/2013 à 15:02 Halto
Bonjour Lorence,
"En chaque PN, il y a un projet malveillant, soigneusement dissimulé derrière un masque de carnaval" voilà comment je résumerais une "relation"(pseudo relation) avec un PN.
Le mien a commencé à me martyriser quand je l'ai démasqué, mais aussi quand des deuils successifs m'ont fragilisée, dont celui de mon père. Ainsi nous sommes un peu en symétrie vous et moi.
Il me semble, mais ce n'est que mon avis, qu'il est préférable de se reconstruire avant de chercher une nouvelle âme soeur. Se refaire une santé et une beauté pas à pas. Retrouver des centres d'intérêts et d'activités, même si cela se fait très doucement et sans enthousiasme au début. Je pense que se prendre un PN psychopathe en pleine figure est l'équivalent d'un grave accident de voiture. J'ai d'ailleurs déjà lu quelque part que la phase finale avec un PN (la mise à mort symbolique de la victime) est l'équivalent d'un attentat terroriste qui se ferait sur un plan psychique : l'identité, la confiance en soi, les valeurs et les croyances, l'espérance...tout est pulvérisé. Mais reconstruire le puzzle est possible. Nous avons une structure solide de résilient(e)s, nous les victimes en général et nous parvenons à remettre les choses en place et à remettre de l'ordre. Mais il faut la force ultime du courage : la patience...
Pas la passivité, mais une patience et une douceur pour soi-même. S'occuper de soi (comme d'une autre) prend alors tout son sens : se parler, se coiffer, s'habiller, se lire, s'écrire... S'occuper de soi comme on s'occupe d'un enfant en bas âge soir et matin. Je n'arrivais plus à me laver lorsque j'ai fui PN, il y a bientôt 2 ans (février 2012). Terrible! Passer à la douche était un supplice : j'étais tombée à 48 kgs pour 1m75! Six ou huit mois plus tard, j'étais de nouveau à mon poids d'origine, alors que j'étais sûre que j'allais mourir de faiblesse avec quatre ados à m'occuper seule et sans famille.
Les dégats sont très impressionnants mais réversibles. Enormément de témoignages le disent, que passés quelques mois, tout va beaucoup beaucoup mieux à plein de niveaux. Une seule chose ne revient pas : la crédulité ou l'angélisme. En fait la renaissance nous rend bien plus lucide et plus fort.
Je pense bien à vous, et vous envoie un grand sourire plein d'espoir pour vous accompagner : )
# 17/11/2013 à 15:44 Halto
Toutes mes condoléances pour le décès de votre mère. J'espère que cela ne va pas vous causer trop de souffrances supplémentaires.
La culpabilité, les psychopathes la projettent sur les autres parce qu'ils se voient trop grandioses pour être faillibles. Les enfants de PN la portent comme le nez au milieu de la figure.
Les PN font tout porter aux autres car ce sont des laches, des faibles et de mauvaises personnes.
Pense bien à vous.
# 18/11/2013 à 09:38 Victime
Bonjour Lorence,

Je suis désolé pour le décès de votre maman ainsi que les conditions dans lesquelles elle a vécu votre (non) relation.

Je suis un homme et je voudrais apporter un témoignage sur la question de la possibilité d'aimer à nouveau.

Mon histoire est un peu différente puisqu'il s'agissait d'une histoire d'amitié très sincère qui a été pulvérisée par une pn (et avec ça la confiance, l'empathie et tous ce qui peut fabriquer une relation sociale), je m'en suis reconstruit (j'ai écrit de nombreux postes sur le sujet, je vais éviter de perturber ce poste en le faisant à nouveau). J'ai lu des centaines de témoignages, répondu à presque autant et j'ai pu constater qu'il y a une reconstruction possible, nous avons des témoignages de personnes qui ont aimés et fait confiance à nouveau, même après avoir traversé un désert durant des décennies.
Nous sommes tous différents mais nous avons un remède - le temps - ! Il va étténuer certaines cicatrices, va nous apporter le recul pour tirer du positif dans tous ce m...
Ce positif fera son chemin dans notre conscience et nous servira de système d'alarme pour éviter de replonger (parfois ça ne fonctionne pas la deuxième,ni la troisième fois...). Vous ne pourrez tout donner tout de suite, vous ferez un pas en avant et deux en arrière de temps en temps, vous aurez l'impression d'être devenue schizophrène et de voir des PN partout, il vous faudra du temps pour reconstruire une raison.
Je terminerai qu'il n'y a pas de doute que vous serez capable d'aimer, vous en donner déjà une preuve :
vous avez aimer et construit une relation comme il n'y en avait pas entre vous et votre maman...vous avez tiré du positif d'une situation désastreuse et avez nourrit vos enfants d'amour, vous êtes tout à fait capable de tirer le positif...le principal est là.
Ca prendra du temps, il m'a fallu 2 ans pour retrouver l'envie de parler d'être empathique, 3 ans pour retrouver un sentiment de bien être où je n'ai plus l'impression de détecter un PN à chaque personne et 4 ans pour être inconsciemment capable d'être moi même...et il ne s'agissait que d'amitié !! Acceptez que le temps passe, acceptez que tout ne se fasse pas à un rythme régulier, accepter d'avoir des rechutes et enfin quand vous aurez accepté toute l'histoire passée (je ne parle pas de pardonner) - et surtout lorsque la chose la plus claire qui vous viendra en tête est d'être fière d'avoir pris la bonne décision en quittant ce PN et toute cette non vie qu'il vous donnait...vous serez très loin dans votre marche vers la lumière.
Je vous souhaite du courage et de la patience.
Amicalement
Victime
# 19/11/2013 à 10:18 Nanou
bonjour lorence,
je tiens juste à rajouter, que vous ne cesserez jamais d'aimer, c'est en nous ce sentiment, c'est juste que le traumatisme est là, et empêche de se lâcher, c'est la peur de tomber dans le même piège, et comme le dit, victime, le sentiment de croiser des pn partout..
le bon côté de l'histoire, c'est que vous ne serez plus naive, et vous ne compterez plus sur la bonté humaine, et cela développe l'esprit critique de la victime..ne plus donner des excuses et essayer de tout comprendre..

mais , je vous assure, qu'il faudra un peu de temps pour panser ses blessures, et faire le deuil de cette histoire.

comme victime, moi aussi, une simple amitié avec pn, m'a bouleversé, ça fait deux ans que ma décision est restée ferme, "après son message monstrueux (tu es morte l’égoïste) " qu'il ne peut mériter une amitié, et qu'il ne risque pas de connaître la valeur de ces émotions nobles...et malgré ses retours bizarres, pour me replonger, j'ai résisté. seulement, je n'ai pas encore oublié..et j'en suis pas totalement indifférente à lui.

mais de mon côté, cette relation avec pn, m'a rapproché plus de mon mari, parce que j'ai ressenti le risque de tout perdre..de perdre un être doux et sincère pour un monstre. j'ai réparé certaines défaillances dans mon couple, je me suis plus rapprochée de mon mari, et j'ai réellement apprécié la période de valorisation que pn m'a laissé croire..ça m'a redonné confiance en moi, 'être une femme désirée et même le fait de m'avoir envié et détesté pour mes qualités m'a fait croire en moi, en cette potentialité que j'ignorais, que je sous estimais...ça fait 13 ans que je suis mariée..et mon mari , en ce moment il me dit qu'il retrouve la femme d'il y a dix ans..nos relations intimes sont plus chaleureuses.

le changement de travail, aussi m'a aidé..parce que ma vie a changé par rapport au stress professionnel que je subissais aussi..donc il y a des points positifs..et dans des moments de force, j'ai envie de remercier pn de m'avoir ouvert les yeux sur certaines qualités que j'avais..
malgré cela, je vous l'ai dit, je pense à ce monstre, peut être parce qu'il m'a réveillé un jour d'un sommeil profond !!!! (lol)
j'espère vous avoir apporté par ce témoignage un courage et un espoir de voir des jours meilleurs.

je salue victime au passage, ayant vécu une situation similaire.
Nanou.
# 26/11/2015 à 01:20 Werther
J'ai vécu un viol psychologique, un ptsd, en 2014, ça fait un ans et demi, je commence tout juste a m'en remettre, ça a beaucoup affecté ma famille, mes proche, salie m'a réputation, j'ai perdu mon travail.
9 mois après, j'ai fini par vouloir me suicider, au dernier moment, je me suis diriger vers les urgences, et j'ai fini en HP. Trop de séquelle je n’ai pas pu réellement parler de ce qui était entrain de m'arriver.

Je te rejoins dans le fait que la plupart des demoiselle pour ma part, me font pensé souvent à elle. Il en devient difficile de guérir. Cela n'est qu'un ressentit par des millier qui te font repensé a ton agresseur. Il suffit d'une phrase, que son nom soit prononcer, ect.. c'est un enfer, tu à le quotient émotionnel qui valse. A des moment je tremblais en continue, j’étaie sur le bord de la rupture.

La seul solution pour ma part, c'est de réussir a ne pas y pensez en t'occupant l'esprit par une passion, autre que l'écriture. Faut écrire par tranche, tout les deux mois par exemple, ou seulement quand l'inspiration te vient, mais le problème c'est que c'est un cercle vicieux, après avoir écrie, même si c'est libérateur, sa revient un petit peu, de mois en années, ça disparait de plus en plus vite.

J’essaie d’être optimiste mais j'ai encore envie de pleurer. J'ai écrie un texte hier.

Parce que parfois je rêve de mon innocence.
Parce que je suis moins fort que je le pensait.
Parce que je ne suis pas foutu de résoudre cette histoire.
Parce qu'il me reste plus cas mètrent des mots sur mes pensées pour espérer guérir.
Par ce que parfois la vie nous fait des cadeaux empoisonnés.
Parce qu'on a beau être préparé, la peur est plus fort que toi.
Par ce que paralysé, parfois tu ressens l'horreur.
Par ce que la mémoire, t'imprimes pas forcément ce que tu voulais.
Parce que je voulais, sortir, m'en sortir, réussir ma vie.
Parce que je ne voulais pas vivre l'odyssée d'une dépression.
Parce que l'homme est un piège pour l'homme.
Parce que nous somme attirés par ce qui nous choque.
Parce que je vis dans le frisson musical.
Parce que, je n'ai jamais autant pleuré
Parce que chacun perçoit une réalité différente.
Parce que, quand tu traine avec des gens qui se drogue tu peu pas imaginé jusqu'où sa peu allez.
Par ce que la cruauté n'a d'égale que l'imagination de l'homme.
Par ce qu'un syndrome de stress post-traumatique peu arrivé par des amis.
Par ce que chercher la vérité ma mi une balle cérébrale.
Par ce que l'ambivalence de l'esprit t'explose le cerveau.
Par ce que je ne supporte pas d'être en échec.
Par ce qu'a quel prix ? je peux tout remettre dans l'ordre.
Par ce qu'a quel ordre ? puis-je espérer m'en remettre.

Les monstres ont parfois des visages d'anges.

Je vous souhaite à tous du bonheur et de l'amour.
Vivez passionnément. Peace.
Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×