Pourquoi témoigner...? première phase...

Auteur  
# 15/08/2012 à 20:19 Butterfly
Bonjour à tous et toutes...

J'ai écrit hier un premier post dans la rubrique "je m'en suis sortie"... et aujourd'hui, j'ai envie de raconter mon histoire à rebondissements avec la manipulation... je me suis demandée si c'était juste pour "me rouler dedans", "raviver les blessures"... mais non... je crois que c'est juste parce que j'ai besoin de raconter, et aussi que les témoignages que j'ai lus m'ont beaucoup aidée à faire mon trajet : je me dis que le mien pourra peut-être contribuer à en aider d'autres.... c'est long, il s'agit d'une histoire de vie... mais un récit partiel ne servirait à rien... Alors... lets go...

- Première phase - enfance/adolescence : petite dernière d'une famille de 4 enfants sans histoire dramatique particulière, j'ai grandi avec un sentiment puissant que notre famille "dysfonctionnait" sur le plan de l'affection... les parents ne faisaient rien ensemble, à part regarder la télé... mon père faisait beaucoup de choses de son côté, mais seul... ma mère ne semblait pas demandeuse de plus...les enfants étaient divisés - par les parents- en 2 clans : les 2 grands, les 2 petits... bien distincts et sans échange ... c'était un peu la "loi de la jungle" : chacun devait faire seul sa propre expérience, sans bénéficier de celle des ainés, et si possible de façon concluante (on sentait, dans l'ambiance générale, que chaque problème rencontré était un problème de trop...mais était quand même assorti de la phrase "rassurante" : "je ne peux pas t'aider mais tu vas bien t'en sortir, tu es un/une battant(e)"...)... les "grands" - qui n'avait point de relation entre eux -ignoraient les "petites" (plus soudées les premières années), mais s'en servaient à l'occasion comme "faire-valoir" : ainsi, ma soeur et moi étions le plus souvent présentées auprès de leur copains/copines comme "les 2 petites connes de soeurs"...." mais c'est pour rire, comme tu es susceptible..."... ou bien nous étions parfois -l'une ou l'autre mais jamais ensemble- "élues" comme dignes de partager certaines confidences ... je me sentais importante à ce moment-là, reconnue comme existante.... je me sentais trahie bien sûr quand quelque jours plus tard, j'étais "congédiée" sans raison comme une domestique qui a rempli son office... remplacée parfois par ma soeur comme confidente.... A l'occasion, je servais aussi de coursière ("tu feras bien ça pour moi..."), et tout heureuse de récupérer un sentiment d'utilité, d'existence, je pensais "tu vois, tu te fais de mauvaises idées... mais c'est quand même à toi que l'on demande"...et je mettais toute la célérité et le sérieux nécessaires au service de cette nouvelle cause...qui n'était pourtant pas la mienne...car, après tout, j'avais été choisie... c'est ce qui m'importait... et - aussi - revenir bredouille, c'était confirmer que "décidément, on ne peut rien te demander" ou "tu ne trouverais pas de l'eau à la mer..."...

C'est dans ce contexte que je suis tombée follement amoureuse, à 12 ans, de G. ... meilleur copain de mon frère, chef scout, beau comme un Dieu, charmant comme un Prince...

Suite au prochain message.... pas pour maintenir le suspense.... mais parce que c'est très dur de raconter tout ça...

marie
Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×