prendre du recul

Auteur  
# 02/12/2012 à 12:24 blueberry
bonjour à tous,

je vais essayer de faire court, je ne savais pas trop comment intituler mon message, "prendre du recul" me parait bien, je ne vais pas raconter mon histoire car ce qui m'amène n'est pas tant de savoir si oui ou non j'ai été victime d'un pn, aucun doute sur ça, j'ai été victime d'un manipulateur pervers narcissique, les 3 en même temps, en plus d'être paranoïaque, mythomane et toutes ces jolies qualités qui font de lui un être déshumanisé. je n'ai pas du tout vécu de violences physiques mais je suis rentrée dans un cercle vicieux, un fonctionnement de manipulation, le cerveau retourné comme vous tous ici qui témoignez (je vous lis et je me suis reconnue au mot près). ce qui m'amène sur ce forum c'est que tout cela je l'ai vécu seule, j'ai vécu cette souffrance seule, j'ai essayé d'en parler à une amie elle ne m'a pas cru au fond, pour elle je me trouvais des excuses à ma souffrance. j'ai avalé ça, je me suis dit qu'elle avait peut-être raison mais j'ai préféré me laisser guider par mon instinct, et de croire non pas ce que je voulais croire mais ce qui s'est révélé réel à mes yeux en fonction de mes réactions et ressentis, de tout ce que j'ai pu lire, livres, témoignage, psy, je n'ai écouté que moi.

après 1 année de galère, de tourment, de prise de tête puissance illimitée, je m'en suis sortie, plus de nouvelles de lui, un grand soulagement malgré le vide que j'ai ressenti par la suite, j'ai repris petit à petit ma joie de vivre et tout ce que j'avais perdu depuis 5 ans.

Seulement ça a fait quelques dégâts, j'ai coupé les ponts avec cette amie quand elle avait le plus besoin de moi mais j'ai été incapable de l'aider sur la durée et de la conseiller dans une période difficile, elle m'a demandé mon soutien. j'en étais incapable. je suis sortie vidée de mon histoire c'était pas pour me revider encore une fois. je lui ai dis que j'étais pas bien et que mon aide ne lui sera pas bien utile. j'ai fait des efforts, je l'ai écouté des jours et des jours. j'avais l'impression de la porter, elle me disait qu'il n'y avait que moi, c'était trop lourd pour moi et un jour j'ai cessé de la voir en prétextant des excuses bidons, je me suis dit merde et moi alors ? elle était là quand j'avais besoin d'elle ? quand j'ai eu envie et besoin qu'elle m'écoute ? jamais elle ne m'avait écouté comme moi je l'ai écouté des soirs jusqu'à 2 heures du matin,et là est ce que je dois supporter encore du chagrin, de la souffrance, des trucs négatifs ? j'en pouvais plus, j'ai décidé de couper avec elle.
vous allez penser que je suis pas une amie, que je suis devenue à mon tour déshumanisée et bien peut-être bien mais je me suis sauvée, j'ai voulu me préserver, j'avais tout fait seule, je savais ce qu'il fallait faire, je l'ai laissé et très égoïstement je vis ma vie, comme je l’entends , en m'entourant de personnes positives. mais je fuis les problèmes. je suis passée par des périodes de noir absolu, de dépression, d'angoisse, de remise en question, il n'était pas question de remettre ça en aidant cette amie qui me pompait toute mon énergie que j'essayais en vain de préserver.

bizarrement elle ne me manque pas du tout. j'ai changé de vie en laissant derrière mon histoire avec ce mp et cette amie, et je n'ai aucun regret ! cela fait des mois mais je voulais savoir si ma réaction est "normale" dans le sens si je ne suis pas trop extrême ? et si quelqu'un a vécu cela ?

je veux souhaiter à vous tous bon courage, je me sens mieux de jour en jour et même après avoir coupé les ponts avec cette amie. comme si , elle aussi , avait voulu freiné mon équilibre inconsciemment.

merci de m'avoir lu.
# 02/12/2012 à 12:41 haltomanipervers
Bonjour Blueberry,
et oui les vampires affectifs sont légions! Le Doltoïsme et cie a fabriqué des hordes d'enfants rois immatures, capricieux et destructeurs face à la frustration. Enfin c'est mon avis et je le partage...
J'aurais pu écrire mot pour mot ce que vous avez écrit car j'ai aussi balancé loin de ma vie tous ces gens qui prennent, puisent et refusent de prêter leur épaule.
Vous avez 10000 fois bien fait de repousser cette "amie" qui ne vous soutient pas et qui prétend vous utiliser pour elle. ce n'est pas du cynisme ni de la méchanceté : c'est de la SURVIE!!!
Happy day
# 02/12/2012 à 13:08 blueberry
bonjour haltomanipervers, je vous appelle halto si ça vous dérange pas, c'est moins long et je l'ai lu dans divers posts ici :) , merci pour cette réponse. je vous avoue que je m'attendais à une réponse du style tu ne la méritais pas comme amie, plus vindicatives. je suis soulagée.

cette "amie" elle parlait toujours d'elle, et moi je , et moi je. avec son mari dans les discussions elle ramenait tout à elle, quand je parlais de ma passion, elle me disait qu'elle aussi et que c'était trop génial. j'avais l'impression d'être avec une femme capricieuse c'est ce que son mari disait d'elle, ils sont en pleine séparation aujourd'hui.
je lui en veux au fond de ne pas m'avoir écouté ou alors de me répondre que c'était à moi de me remettre en question , ça je l'ai tout le temps fait, mais de ne pas considérer ma parole le plus sérieusement possible, comme si je me trouvais des excuses, j'étais consciente que mon problème était grave et que cela pouvait gêner mais je cherchais de l'aide. je l'ai trouvé dans des forums, avec des personnes comme vous, anonymes, qui ont vécu ou non cette douloureuse expérience mais qui était dans l'écoute dans jugement. j'ai pu trouvé de l'aide auprès de parfaits inconnus !
je me suis appuyée sur les témoignages, livres, j'ai vu un psy qui m'a rassuré que je n'étais pas folle, ni bordeline, ni schizo, ni tarée mais victime, elle m'a aidée à mieux me comprendre et pourquoi j'avais été dans cette histoire. mes zones d'ombre, mon passé, mes souffrances.
la parole je l'ai libérée auprès de personnes de confiance et ce ne sont pas nécessairement celles que l'on pense ! nos amis par exemple ou notre famille. A mon sens, il vaut mieux aller vers des inconnus parfois.

ce qui m'a décidé à la laisser tomber c'est qu'un jour elle a insisté pour qu'on aille voir un spectacle, je n'en avais pas du tout envie mais je l'ai fait pour elle, elle a tant insisté j'aurai encore du écouter mon instinct qui me disait cette soirée va me faire c...., pour m'apercevoir qu'elle y allait uniquement pour voir un homme et qu'elle ne voulait pas y aller seule en fin de compte, qu'elle s'était servie de moi et alors tout est remonté à la surface et je me souviens jeune filles , de cette copine qui me volait la vedette en défilant telle une princesse, qui passait comme une allumeuse, qui m'avait trahie un soir en sortant avec un copain que je visais (elle me disait alors mais comment tu peux imaginer une chose pareille moi ton amie ?) ça m'avait tant blessée et j'ai pardonné comme toujours. et avec le recul je vois chez elle tant de choses qui ne me plaisait pas, qui me dérangeait. alors aucun regret.

s'entourer de personnes positives, qui parlent mais nous écoutent aussi. un échange. un simple moment d'amitié. sans que l'autre se mettre au premier plan en disant et moi aussi je , moi aussi je.

j'ai été dans la survie vous avez bien trouvé le mot, c'était partir plutôt que de subir, j'ai assez subi dans ma vie depuis trop longtemps. et là je me sens rassurée, sentiment que j'avais perdu même en compagnie de cette amie qui ne me rassurait pas mais qui me filait toute son angoisse et sa négativité. marre de ces gens ! je veux vivre en toute sérénité.

happy day à vous aussi et merci :)
# 02/12/2012 à 13:17 emilie
Coucou Blueberry,

Et bien, nous avons exactement la même histoire, voila j'ai été aussi victime d'un pn, je me suis sauvée et j'ai raconté cette histoire à "une copine" mais elle ne m'a pas cru et à même été voir mon pn pour lui dire que j'étais devenu folle. C'est une fille complètement, perturber, et moi aussi je l'ai écouté des nuits complètes pour la consoler et la guider et quand j'ai eu besoin d'elle, elle n'était pas la. Et bien, un jour en pleine crise d'angoisse, je l'ai appelé et je lui est dit clairement que je ne voulais plus jamais entendre parler d'elle que c'était fini ... Elle me pompait toute mon énergie que j'avais tant de mal à retrouver. Depuis, plus de nouvelles, et je m'en fiche complètement, elle ne me manque pas du tout. Bon après, j'ai enchaîné et j'ai éliminé l'ensemble des personnes néfastes de ma vie, toutes les personnes qui ne m'ont pas crus, toutes les personnes qui n'ont pas pris de nouvelles pendant ma dépression ... J'ai fait un grand tri dans ma vie, et je pense que c'est nécessaire et bénéfique. On ne doit plus vivre et supporter des personnes qui pompent notre énergie, des personnes qui ne sont la que si ils ont besoins. Je ne pense pas que cette réaction soit mal, après une histoire avec un pn, on a besoin de changement et surtout on a pris conscience de nos sentiments et de notre mal être, et surtout on arrive à mieux cerné les gens qui nous entourent et on ne veut surtout pas que cela recommence, alors on se protège et on élimine les pestiféré de nos vies. Après la vie avec un pn, on veux revivre, rire, et être heureuse et pour cela, il faut faire des choix, et surtout vous avez eu raison, pensez à vous, vous ne pouvez pas toujours être présente pour les autres si vous n'avez aucun remerciement et aucun retours. Continuez dans ce chemin et courage
# 02/12/2012 à 13:24 emilie
Blueberry,

Je viens de lire votre second post. Tout est résumé dans cette phrase "je n'en avais pas du tout envie mais je l'ai fait pour elle" ... Voila, elle connaissait votre bonté et votre générosité donc elle en a profité et vous ne pouvez pas regretter de l'avoir quitté. Vous devez vous entourer de personnes positives qui vous écoute et que vous écoutez aussi. C'est cela le vrai rapport humain et non pas se laissez marcher sur les pieds, toujours écouter les "monsieur et madame moi je", il faut aussi qu'on nous apporte à nous. Et puis, je pense qu'on prend conscience de ce phénomène des "moi je" après une relation avec un pn ou l'on a été mis en cendre et ou notre moi intérieur a été volé et anéanti ...
Continuons sur ce chemin de la libération ...
# 02/12/2012 à 13:27 Halto
Et comme l'a si bien dit Emilie( le soleil de ce site pour moi) ; le plus important chez quelqu'un c'est l'épaule. qui refuse d'être solidaire ou compatissant, ne mérite pas notre partage.
Afin de n'être jamais plus victime des prédateurs touts puissants!
Oups, on passe à table. vous avez très bien fait Blueberry
# 02/12/2012 à 16:13 blueberry
bonjour Emilie, merci d'avoir pris la peine de me répondre comme Halto, c'est super vraiment. quel réconfort.

J'ai noté cette phrase "Et puis, je pense qu'on prend conscience de ce phénomène des "moi je" après une relation avec un pn ou l'on a été mis en cendre et ou notre moi intérieur a été volé et anéanti" c'est exactement cela. j'étais souvent au second plan, même ma mère n'a jamais accepté mon statut de femme adulte et quand j'exprimais quelque chose elle me disait "ah de suite les grands mots !" comme si ce que je disais était nul ou quand j'essayais de prendre ma place d'adulte elle me reléguait à un statut de petite fille, il faut qu'elle se sente supérieure à moi, encore un rapport de force, pourtant elle a une faille énorme de manque de confiance en elle, et parfois quand j'ai confiance en moi et que je suis bien dans ma peau, je lui parle d'adulte en adulte et parfois elle supporte mal et n'a de cesse de vouloir toujours me rabaisser. ma parole n'a jamais été entendue, même petite, c'est ainsi, je l'ai accepté on ne peut pas la changer, mon père pareil. trop dans leur monde, trop centrés sur eux mêmes, exactement le profil de cette amie et du MP, comme par hasard, nos amis nous ressemblent, et je cherchais le même type d'amis que ma mère, ce qui m'a amené vers un ras le bol généralisé quand j'ai pris conscience de tout ce mécanisme. surtout que j'ai connu aussi une perte énorme, un membre de ma famille il y a quelques années et j'ai été très fragilisée, c'est d'ailleurs, comme par hasard à ce moment là que j'ai croisé cet homme mp. c'est très souvent le même scénario pour beaucoup, moment de fragilité, période fragile, rupture, deuil et comme par miracle le bon samaritain fait son entrée.

cette bonté comme vous l'appelez ou générosité est une qualité mais vous savez c'est de ma faute aussi, j'étais pas capable de faire de la peine aux autres, de leur dire les choses alors j'encaissais, c'est une faiblesse, j'ai toujours subie comme je le disais. petite j'ai vécu des choses seules que je n'aurais pas du subir (pas d'abus sexuels je préfère le dire) mais des humiliations à l'école, je ne me suis jamais guérie de ça jusqu'il y a peu de temps, mes parents n'ont pas été aidants à l'époque parc-qu'ils ne voyaient rien à part leur nombril. il n'est jamais trop tard pour guérir mais je sais que tout comportement vient de loin, de notre enfance et du comportement que l'on a adopté depuis petite, la place qu'on a bien voulu nous donner et la capacité enfant à gérer sur le coup comme on peut. "tomber dans les bras" d'un mp, n'est pas un hasard, loin de là. vous le savez bien.
changer de comportement et d'entourage, comme faire notre ménage nous permet de changer de vie et de voir les choses tout à fait différemment. c'est un besoin, une nécessité, c'est vital. comme changer d'air, le renouveler parce-que dans l'ancien on étouffait, l'air était vicié. le problème ,c'est que je dois toujours gérer la relation avec ma mère, j'adopte une technique de contre manipulation et ça et j'ai surtout meilleure confiance, j'arrive à repérer de suite mes mécanismes de défense et les stopper à temps, je ne réagis plus, j'agis ! pourtant je serais toujours là pour elle figurez vous, car je sais qu'elle est inconsciente de sa pathologie et qu'elle n'est pas méchante. elle s'occupe de mon enfant et bien et je ne me vois pas ne pas l'aider. c'est une femme qui a beaucoup souffert dans sa vie et que voulez vous j'ai l'âme certainement d'un saint bernard, c'est plus fort que moi. mais uniquement pour ma mère et mon enfant. pour les autres j'ai trop donné et je compte bien m'occuper uniquement de moi et n'être qu'avec des "épaules" :)

je ne regrette en rien le fait d'avoir couper les ponts avec cette amie et encore moins quand je vous lis !. merci de votre soutien Emilie et Halto. ça fait chaud au coeur !
# 02/12/2012 à 18:24 Halto
Bonsoir Blueberry
Je vous trouve d'une lucidité incroyable à travers vos analyses. Dans les relations bourreau-victime auprès d'un Pervers Narcissique, il y a à l'origine, des parents très défaillants et manipulateurs la plupart du temps. Il y a chez la victime, des parents qui ont anéanti la confiance en soi et l'estime de soi, et à l inverse chez le PN, des parents qui ont renforcé la toute puissance naturelle de l'enfant, et la non considération de l'autre en tant qu'alter égo.
On se reconnait complémentaire inconsciemment et on s'associe ...et le désastre finit par avoir lieu. Personnellement j'ai coupé les liens avec ma mère PN, de plus en plus méchante et destructrice. Et je me sens beaucoup moins nulle, laide, méchante etc...depuis la coupure.
Certaines coupures sont saines et salvatrices.
Bienvenue parmi nous
# 02/12/2012 à 20:59 emilie
Coucou Blueberry

Votre analyse est parfaite, rien à ajouter, c'est vrai en général, un de nos parents ouvrent la brèche et on rencontre un pn qui entre dedans et nous détruit à petit feu. Pour ma part se fut mon père ... et j'ai coupé aussi les liens avec lui, je le vois rarement, seulement en publique et lorsque je sais que mon frère va le voir (je veux le protéger de mon père). Je pense que même en famille, il faut savoir couper les ponts pour se sentir mieux. Enfin, avec une maman c'est sans doute plus délicat, mais il faut comme vous le faites très bien contre manipuler et ignorer ... Et puis, vous n'êtes plus une enfant, vous savez vous défendre. Vous êtes forte et courageuse, et surtout très lucide.

Un jour, une personne âgée à qui j'ai raconté une partie de mon histoire, m'a regardé et m'a dis "écoute, maintenant tu dois couper tout les ponts et toutes les passerelles avec les personnes qui t'ont détruites, les personnes qui n'ont pas été présente" et puis elle a ajouté "tu dois te faire une nouvelle vie et surtout revivre, tu dois quitter le diable". Je garde en mémoire ces phrases et j'ai coupé tout les ponts et toutes les passerelles. Nécessaire à la reconstruction. N'ayez aucun regret de vos choix, ils sont les meilleurs ... Pour votre mère, si vous n'arrivez pas à la quitter, et bien prenez patience, courage et ne l'écoutez plus. Courage à vous
# 02/12/2012 à 22:21 april
Blueberry Hill, Halto, emilie, c'est April. Bon,je vais faire sobre, c'est un coucou de courage entre deux fournées de cookies. Blueberry, c'est toujours une "petite victoire" de voir s'ouvrir le chemin de la lucidité sur des victimes prises dans le même terrible schéma, si terriblement secret et impuni...
Halto, votre post contient la Genèse en 2 lignes du problème: il y a chez la victime des parents qui ont anéanti la confiance et l'estime de soi, et à l'inverse, chez les pn des parents qui ont renforcé la toute puissance naturelle de l'enfance et la non conidération de l'autre en tant qu'alter égo.
On se "reconnait" inconsciemment et on s'associe. Et cela recommence.
Cela effectivement amène à un constat : le développement xxxxxx de cette nouvelle "race"d 'humains; on les voit au parc à jeux, tout puissants dès lors que l'on ose disputer l'un 'entre eux -malheur!-, avec des grands-parents gâteau qui leur offrent tout et leur éargnent tout, des nouveaux papas mous comme des pâtes à cookie, et des regards critiques dès lorsqu'on utilise une fermeté un peu "cash"....Help!
# 09/12/2012 à 08:48 blueberry
bonjour à vous toutes et merci pour vos messages d'encouragement et de bienvenue.
concernant mon analyse sur les parents. c'est qu'un jour cet homme m'a fait penser à ma mère. et un côté de mon père. et à partir de cette observation j'ai creusé un peu.
j'ai bien aimé la phrase de cette personne âgée qui dit qu'il fallait quitter le diable (Emilie), comme si nous avions fait un pacte avec lui.

je n'ai pas de regrets pour mes anciens amis que j'ai quittés. depuis le début j'ai cette conviction de pas m'être trompée mais j'avais besoin d'en parler parce-qu'encore quelque part cette culpabilité qui revient et qui va tout remettre en question, et puis elle se fait moins présente, plus discrète de temps en temps.

belle journée à toutes !
# 09/12/2012 à 09:24 emilie
Coucou Blueberry,

Oui un pacte avec le diable, heureusement nous sommes sorties de ces griffes. Vous ne devez pas ressentir de culpabilité, vous n'êtes coupable de rien. On ne peut pas être coupable d'être victime.
vous avez enfin compris qu'il ne faut pas vivre avec des personnes néfastes, entourez vous de personnes vraies, honnêtes et sincères. Et ne soyez en aucun cas coupable pour ces pestiférés ... courage à vous et nous sommes à votre écoute bon dimanche
Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×