La violence psychologique

Please, Choose your langage to translate this website



Please, Translate this website :



 

Il n'existe pas de définition universelle de la violence psychologique. Comme toute forme de violence apparaissant dans le cadre d'une relation, la violence psychologique, que l'on appelle aussi parfois « cruauté mentale », est un abus de pouvoir et de contrôle. Les comportements suivants sont généralement reconnus comme des formes de violence psychologique :

Rejeter la personne - ignorer sa présence ou sa valeur; lui faire comprendre qu'elle est inutile ou inférieure; dévaloriser ses idées et ses sentiments. Exemple : traiter régulièrement un enfant différemment de ses frères et sœurs, d'une manière qui laisse croire qu'on lui en veut, qu'on le rejette ou que l'on éprouve de l'aversion pour lui.

                                                                                                 *******************************

Dégrader la personne - l'insulter, la ridiculiser, lui adresser des injures, la parodier ou l'infantiliser; se comporter d'une manière qui porte atteinte à son identité, à sa dignité et à sa confiance en elle. Exemples : humilier la personne en public ou la traiter d'idiote; si elle est handicapée, contrefaire ses gestes ou sa démarche; traiter un aîné comme s'il était incapable de prendre des décisions.

le problème est que cette destruction insidieuse de la personnalité ne se fait pas "officiellement". Autant le terroriste ou l'Alien annoncent la couleur, et sont au moins francs, autant le pervers n'arrive pas avec un drapeau , trompette  pour vous annoncer qu'à partir de lundi, 8h00 il va commencer à démonter morceaux par morceaux votre personnalité, votre âme.

Au milieu du bonheur encore existant, une petite phrase, comme un poignard ou une flèche perdue. "Tu es vraiment moche quand tu te lèves". ou toute autre blessure. Et si vous en reparlez, il /elle va minimiser, en disant , "mais non, ...mais tu es vraiment suceptible tu ne trouves pas ???" (ça c'est bien une méthode du pervers ...vous posez une question et au lieu d'une réponse, vous vous prenez une question déstabilisante en pleine figure, et vous ne savez pas quoi répondre....et vous ne savez plus où vous en êtes....

dans ce cas, vous vous retrouvez à justifiez que non, vous n'êtes pas suceptible, que , non, ce n'est pas à cause de votre mère que vous êtes si sensible....et à la fin...vous êtes perdu(e) comme si vous veniez de passer 10 minutes dans une machine à laver géante. Et au bout du compte, vous n'avez pas d'excuses (évidemment....) , pas d'explication (évidemment) , mais un mal être qui s'est rajouté au mal être que vous aviez au début.

Vous en concluez sans en prendre conscience, que si il vous reblesse...vous éviterez de retourner "au front" pour vous en prendre une 2me couche....

et c'est comme ça  qu'on abdique , sans se rendre compte qu'on abdique, et qu'on finit par fermer sa g..... quand on se prend des flèches jour après jour.

et chaque flèche détruit, et la confiance et l'estime que l'on a pour soi même , tombe tout doucement en petits morceaux. Notre personnalité se transforme , jour après jour, en un champ de ruines.

et le pervers de vous dire un jour...."regarde toi, tu es une vraie ruine !!!".....on croit cauchemarder....

                                                                                                 *******************************

Terroriser la personne - lui inspirer un sentiment de terreur ou de peur extrême; la contraindre par l'intimidation; la placer dans un milieu inapproprié ou dangereux, ou menacer de l'y placer. Exemples : hurler, blasphémer, obliger un enfant à être témoin d'actes de violence envers un membre de sa famille ou un animal qu'il aime; menacer une personne de l'abandonner, de la brutaliser ou de la tuer, menacer d'abandonner, de brutaliser ou de tuer un animal ou un être qui lui est cher; menacer de détruire ses possessions; menacer de la faire déporter ou institutionnaliser; traquer la personne.

                                                                                                 *******************************

Isoler la personne - Limiter son espace vital; réduire ses contacts; restreindre sa liberté de mouvement dans son propre milieu. Exemples : exclure un aîné des prises de décisions qui le concernent; enfermer un enfant dans un placard ou l'enfermer, seul, dans une pièce; empêcher la partenaire ou une personne âgée d'avoir accès à sa propre fortune ou de gérer ses finances; refuser à un aîné le contact avec ses petits-enfants; priver quelqu'un de moyens de déplacement ou de transport.

Cela se traduit souvent par une "demande" ( car le pervers ne demande rien...il fait décider l'autre...)  de déménagement. Le pervers fait comprendre que la famille est néfaste, négative, et que les amis ne sont pas bienveillants. Il "dresse" la personne contre ses amis, ses proches, sa famille, en appuyant sur les aspects négatifs de ceux ci pour faire comprendre à la personne qu'elle doit prendre une distance avec eux.

                                                                                                 *******************************

Corrompre ou exploiter la personne - L'amener à accepter des idées ou des comportements proscrits par la loi; l'exploiter matériellement ou financièrement; apprendre à un enfant à servir les intérêts de la personne qui abuse de lui plutôt que les siens. Exemples : exploiter sexuellement un enfant; laisser un enfant consommer de l'alcool ou des drogues; entraîner quelqu'un dans le commerce du sexe.

                                                                                                 *******************************

Priver la personne de chaleur humaine - Se montrer insensible et inattentif envers elle; faire preuve d'indifférence à son égard; ne s'adresser à elle qu'en cas de nécessité; ignorer ses besoins sur le plan mental. Exemples : ignorer les tentatives de communication d'un enfant; priver un enfant d'affection, de soins ou d'amour; traiter un aîné institutionnalisé comme s'il était un objet ou « un fardeau ».

 

 

 

 

 

 

19 votes. Moyenne 4.47 sur 5.

Commentaires (10)

1. monica weissel (site web) 16/11/2013

Partager c'est important ! ne restez pas dans le silence... je vous invite a mon expo sur la violence (surtout psychologique ) au plaisir de vous voir a la maison d'amerique latine le jeudi 21/11/2013 http://www.america-latina.be/index.php?option=com_content&view=article&id=202&Itemid=139&lang=fr

2. Deleuil carole 24/04/2013

Zaoline ton message me touche je voudrais t aider , contacte moi

3. Maureen 21/02/2013

Tout ce que j'ai vécu durant mon enfance et durant 3 ans dans ma vie professionnelle est écrit ici.
Je suis contente de pouvoir lire que ces comportements ne sont pas normaux, que ceux qui les ont sont néfastes. Je suis heureuse que cela soit (enfin!) reconnu. Au contraire de ceux qui ont participé à ma destruction par ces violences ou mieux encore en vantant la gentillesse de mes agresseurs, cette reconnaissance apaise ma détresse, ma haine aussi.
Merci.
Un regret toutefois, il n'y a pas de solution pour mettre un terme à leur comportement. J'aurais aimé ne plus jamais subir...

4. maréchal marie-laure 06/12/2012

je vous écris en tant que compagne d'un homme divorçé depuis 3 ans et harcelé par son ex femme depuis cette date, de manière insidieuse,sournoise et répétée,portant atteinte à sa santé physique et morale.
Je suis donc témoin et victime par là même.
Tout a débuté lors de leur séparation,chantage affectif,demande de pension alimentaire exhorbitante,insultes de toutes sortes(religieuses) et j'en passe.
Le tout sous l'oreille de leurs enfants dont le plus petit à aujourd'hui 10 ans.
Aujourd'hui,mon compagnon et moi rencontrons de sérieuses difficultés financières.
La pension alimentaire est réduite(ils doivent passer devant le juge dès que son ex femme l'acceptera,pour le moment elle utilise tous les recours pour ne pas y aller.Je pense qu'elle n'a pas déclaré les pensions qu'elles a reçues et qu'elle n'a donc pas droit aux allocations dont elle bénéficie.
Nos cartes bancaires sont bloquées!
Comme elle l'avait d'ailleurs dit"je vous mettrai à la rue"
Elle nous conseille de déménager!
La santé de mon ami se détériore et la mienne aussi.
Elle consulte google et le pôle emploi,car mon compagnon a perdu son emploi,et a fait bloquer par huissier ses allocations afin qu'elles lui soient versées directement.
Le pôle emploi nous laissera 450 € et moi,je suis au salaire minimum.
Elle a continué depuis 3 ans à encaisser les remboursements de la sécurité sociale de mon compagnon,et touche la bourse pour son fils alors que c'est mon compagnon qui a réglé la prépa(4000 €!)
Depuis 3 ans,mon ami a laissé faire,afin que ses enfants ne soient pas impliqués.
Aujourd'hui nous sommes épuisés.
Elle obtient ce qu'elle veut,"lui et le faire payer",sauf que moi aussi je paye et je n'ai plus d'économies;mes bijoux sont chez ma Tante!!
J'aimerais qu'elle cesse cet harcèlement,cette intrusion,cette manipulation.
Que puis-je faire,porter plainte?
Je vous remercie.

5. louloute 0909 13/11/2012

bonjour à vous
je pense être victime de violence psychologique de mon ex compagnon
il a voulu me reprendre il y deux ans et comme j'ai voulu rester avec mon compagnon actuel il a volé des clefs chez moi et à ensuite volé le véhicule de boulot de mon compagnon son matériel de boulot et des affaires personnel
une plainte à été déposée avec dénonciation part mon fils de 12ans
il n'a toujours pas été jugé par un tribunal
il nous pourrit la vie depuis nous menace constamment et détruit mon fils en lui faisant peur le malmenant et il doit suivre un suivi thérapeutique
nous avons été obligé de faire une médiation à l'amiable malgré ce climat de peur et d'hostilités
je me suis faite malmener par lui devant la psy et il me rejette la faute sur tous ce qu'il a fait
il ne fait que mentir et refuse de remettre la vérité dans son contexte
je refuse le suivi par le juge et refuse surtout une médiation dans de tels conditions
j'ai peur de lui peur mon fils et ce qui pourrait encore nous faire car il menace sans arrêt de se venger ou de nous faire la peau
que faire je ne sais pas

6. GIRARD GRACINDA 10/11/2012

j'ai ete victime de ce genre de personnage, et maintenant je suis retombée encore dedans avec une autre, c'est un chemin sans fin ou tout me relie au passé celui de mes parents, je sais pas comment faire pour m'en sortir

7. Chaupil (site web) 02/11/2012

Actuellement en couple depuis 3 ans notre relation n est que disputes et insultes comme je me retrouve dans cette situation vous devez le savoir... Je suis actuellement au chômage donc difficile pour moi de partir bien évidement ses réflexions sont tu es fainéante tu ne vaut rien tu ferai bien d aller faire des ménages au lieu de chercher un travail que tu ne trouvera pas tu es moche mauvaise mère débile c... E etc...il me compare à untel ou unetelle et sexuellement c est le vide total n as jamais envie ou si peu et si vite vous allez me dire qu est ce que je fais avec mais ma situation est difficile en recherche d emploi sans famille tous décédé et fille unique de parents fils unique sans garant etc situation banale de la misère ordinaire mais je m accroche je tiens bon car je me dis que la roue tourne et bientôt j essayé de ne pas me laisser aller mais c est fur d arriver à prendre soin de moi ça ça va je reste coquette de plus il ne sort jamais même quand on se disputent violemment il reste la devant son ordi ah chose importante il n as aucune valeur de l argent et dépense des sommes folles pour ses plaisirs musique enceinte article de pêche fringues ordinateur plus de 5000 euro. En 2 ans voilà ça fait du bien de se confier à des inconnus car vous voulez savoir le pire mon entourage n est pas au courant !!!! Je fais semblant d être bien je suis sûrement très anormal ..,...

8. Alathee 30/03/2012

Zaoline, je suis victime d'1 PN. Ce n'est pas simple. C'est vrai. Ne vous détruisez plus. Je puis vs dire, que j'en ai lu des témoignages, les victimes étaient perdues. Vs avez 1 très bonne vision de la situation à ceci prêt: vous vous dévalorisez aussi toute seule. Ce qui frappe, c'est que vs vs exprimez très bien, vous êtes lucide ( mis à part le point que j'ai souligné), de toutes évidences très cultivée, d'une grande sensibilité. Vs êtes 1 personne de grande valeur, ne vous gâchez pas, déjà pour vous et pour l'amour que vous rencontrerez un jour et qui vous fera oublier tout cela en vous emmenant loin. Vous avez un avenir certain. Il vous faut arrêter de souffrir, pas par envie mais par nécessité, si vous ne faites pas pour vs même faites le en pensant que votre amour vous attend et vous recherche même et qu'il arrivera c'est certain, il vous trouvera si vous n'y parvenez pas. ôtez les lunettes qui déforment la vision déformée que vous avez de vous, enlevez les écouteurs qui vous disent que vous ne valez rien et patati et patata... Vos 3 ts sont le signe de votre valeur, inutile d'aller au delà. C'est idiot à dire mais c'est vrai : ce qui ne vs tue pas vous rend plus fort, alors à présent vous êtes forte, sortez de votre statut de victime. À la lutte contre mon PN j'étais épuisé le soir. Le soir je ne m'endormais pas, je m'ecroulais. Mais chaque matin je me levais avec de nouveau de la force, c'est Ce que vs devez faire. vs êtes comme 1 navigateur en plein océan et qui est tombé à l'eau avec sa balise argos. Les secours vont vers vous il suffit de se maintenir à flot, retrouver votre total instinct de conservation. Parmi les victimes du Titanic combien ont coulés par ce qu'ils ont simplement renoncés parce que c'était dur, parce qu'ils avaient froid, parce que ... Parce que... D'autres ont fait le choix d'endurer et ont passés 1 sale moment mais 1 belle vie ensuite dont il ont su savourer les moments ensuite.

9. zaoline 10/03/2012

Bonjour, comment fais-t-on pour se sauver de l'emprise? Je crois à presque 100% que mon père en est un. Toute cette violence m'a mise chaos bien avant l'âge d'être autonome et aujourd'hui à 22 ans j'ai été contrainte de retournée chez eux (mes parents) suite à une tentative de suicide, que je ne voulais pas ratée mais qui n'a pas fonctionnée. Depuis mes 15 ans, plus ou moins, je veux partir de chez mes parents, je voulais aller à l'internat mais ils n'en avaient pas les moyens. A 16 ans et demi je n'en pouvais vraiment plus du tout, le maximum supportable a été franchit et j'ai tenté de prendre une boîte de somnifères, je ne connaissais pas trop les résultats et je ne savais pas si cela pouvait me tuer. C'était plus de l'ordre de l'appel à l'aide, je pensais aussi si je meurs c'est que c'était le destin (pour mettre fin à la souffrance) et si je reste cela était censé me redonner le courage.

Suite à cela mon père à contacté le service d'aide à la jeunesse, souvent on m'a dit que c'était mon père qui avait appelé le service d'aide à la jeunesse et qu'il n'était donc pas si méchant que cela quelque part. Dans mon père je vois deux facettes, quelqu'un de diabolique, d'agressifs, de dangereux, de malveillant et une autre facette qui nie cette facette, ne veut pas la voir et se considère/fait le gentil. Comme si il avait un mal en lui qu'il ne pouvait pas s'empêcher d’externaliser sur les autres.

Les dégâts sont grave sur moi. Je ne suis heureusement plus au statut d'incompréhension de ce qu'il m'est arrivée et d'avoir reçu une tel haine sur moi de la part de quelqu'un dont le rôle était de me soutenir et me protéger jusqu'à l'âge adulte. (Le résultat est horrible pour moi car je suis perdue et pas autonome pour un sous.)

En fait en imagerie, il a une très grosse épine dans le dos, ou le pieds (que sais-je...) comme la sorcière karaba dans le dessin animé Kirikou et la sorcière.

Seulement voilà, je ne sais rien faire pour cela...

Et moi je crève ici. J'ai beaucoup d'idées de mort, ce qui fais que je ne le suis pas encore c'est que je ne trouve pas de méthode sur pour réussir. Je n'ai pas envie de rester en vie et que cela est pire encore à vivre.

Je suis aller dans un foyer pour adolescent (seulement six mois), de là je suis allée dans un studio (mais j'étais pas prête), je me suis retrouvée à nouveau chez mes parents, je me sentais trop mal, le jour je suis allée dans un centre pour adolescents, j'étais encore chez mes parents, j'ai refais une tentative de suicide. Ensuite je suis allée à l’hôpital (après la ts). 3 semaines après, je suis rentrée dans une habitation protégée, deux après je veux partir car vu que j'habite une attache de la psychiatrie (le comble, que fais-je là alors que le malade c'est mon père?), ils me disent normal, même pas dépressive. Ensuite je pars dans un projet à initiative privée pour personne en difficulté et sans difficulté, mais la personne qui crée cela n'a vraiment pas les pieds sur terre (c'est un nouveau projet) et ne sait pas cadrer son projet, n'a même rien prévu. Problème pour se domicilier lorsque l'on est sur l'aide sociale, gros stress sur les revenus financier pour tout le monde. Et un colocataire sur les trois autres qui a des problèmes lui aussi de manipulation perverse narcissique. J'en deviens très mal. J'étais en résilience et tout est tombé par terre. Je vais tellement mal que la famille (qui a fait le projet) me prend chez elle, mais je ne vais pas mieux. Plusieurs mois plus tard je tente de me suicider à nouveau. Je me suis rendue compte que la mère de famille, qui a créé ce projet, n'est vraiment pas son intérêt dans la réalisation de son projet, elle cherche à gagner de l'argent sans être qualifiée à l'aide d'autrui, elle a beaucoup de croyances fausses (les pires pour les personnes en difficultés) du genre quand on veut on peut. Elle n'est pas si "coeur" et bienveillante qu'imaginée. La dépression au début que je vivais là-bas était envolée, plus d'idée de mort, rien. Je voyais enfin l'avenir, j'avais le terreau, le lieu d'habitat pour enfin vivre et non plus survivre sans pouvoir être autonome, je voyais une porte vers l'autonomie et le bonheur. Tout est retombé, mais pire encore. Les soucis financier, la proximité géographique avec mes parents, ce colocataire qui était hyper envahissant, n'arrêtait pas de me rabaisser, me foutait à bout tout le temps m'a fait rechuter et depuis je ne suis pas remontée. Cela fait 1 ans et demi et j'ai déjà 22 ans, je ne suis nul part! Suite à ma troisième ts, la mère de famille a contacté ma famille (pendant 1 an et plus je lui ai expliqué les faits et elle a fait comme si elle comprenait, comme si elle saisissait la nécessité pour moi de m'éloigner de mon père) Elle a eu peur d'ennuis je crois suite à ma tentative de suicide et elle a cherché se débarrasser de moi. (C'est encore plus blessant, ces le coup de marteau, sur le coup de marteau, sur le coups de marteau... etc.) Une personne que je voyais belle que je vois vraiment laide, sur qui j'ai envie de vomir. Elle s'en fou des autres, elle est hyper centrée sur elle même. Ce qui l'importe c'est pas tellement l'aide à autrui, c'est les gratifications qui peut lui être apportée, argent, pouvoir, regard des autres, etc...

Je suis dé-gou-tée. Je n'aimais pas l'habitation protégée car elle était psychiatrique mais la psychologue et les deux assistantes sociales aidaient mieux qu'elle et les bases sur lesquelles çà se jouaient étaient plus claires et il n'y avait de recherche masquée d'argent, puissance, pouvoir à nos dépends.

C'est un petit gourou sur lequel je suis tombé et qui n'a pas hésité à me renvoyer chez mes parents, c'était cela, la rue, l’hôpital (dont j'en avais ma claque car à part amorcer la crise, çà n'aide en rien et c'est dangereux de trop y retourner car il finisse par te trouver une maladie imaginaire). ou un truc chrétien en italie (je suis belge) qui était censé aidé des jeunes en difficultés... Et qui avait pas l'air terrible. Je craignais l'ambiance chrétienne et l'obligation non-avouée de devoir le devenir.

Je cherche donc, toujours et encore, une terre d'accueil favorable à l'épanouissement et patiente qui me permet moi 22 ans pas autonome et blessée par le passé de me reconstruire et de devenir adulte responsable, ce qui semble être le GRAAL introuvable (mais si vous connaissez peut-être quelque part, please dîtes le moi). Je ne sais pas quand le peuple comprendra que si la famille est défaillante les personnes on besoin de quelque chose qui puisse prendre le relais. Des familles qui ne fonctionneront pas il y en aura certainement toujours, cessons de faire comme si on arrivera bientôt à l'ère ou toute les famille sont fonctionnelle, c'est ridicule. Peut-être dans 10.000 ans, si pas 100.000 années et encore...

Si vous connaissez un lieu, n'oubliez pas mentionnez le svp, merci!


10. free 20/10/2011

.LES mots de mon mari pour me rabaiser c'etait ta vie ne vos rien ou tu serre a rien .tu comprend rien,si je me rebellais c'etait tu tes pris pou qui toi, ferme ta geule tu veux me rendre fou, apres tu va dire que c'est de ma faute si je t'insulte ou je te frappe.les femme comme toi faut les enfermer dans une grotte et les l'appider ,tu te la raconte parce que tu sais qu'en france il ya la police tu aurrais eté dans un autre pays on aurrais vu si tu ferais ta maline.tes bete tu comprend rien quand on te parle ,excuse toi dis que ta rien compris et je te reexplique .c'est toujours moi la méchante qui pour lui a trop ete gater par sa mere d'ailleur il la deteste c'est la seule qui n'est pas partie .combien de fois il ma dit ta mere je vais la buter une fois je suis partis le premier truc quil a fait c'est aller chez mes parent a unu heure du matin et insulter ma mere de sale pute et quil allais la tuer car c'etait de sa faute .il ma isoler mis en interdiction banquaire surendetter pris mon logement c'est unarriviste il est rentrer dans ma vie sans rien (a part son travail )il est reparti avec tout sans scrupule aujourdhui jai mon logement quand il me parle de mon ex chez moi il me dit je rentre chez moi.il ce fait passer pour ce quil n'est pas ses un imposteure c'est un vraie cameleon il s'adapte a toute les personaliter quil a en face de lui. chez lui il ny a pas de gentillesse gratuite il y a toujour un interet a retire pour lui.il est menteur mais le pire c'est meme demasquer il continue a nier et il s'arrenge pour retourner la situation a son avantage .quand il comprend que je me rebelle voir le snob car c'est la meilleur d'effence que jai trouver l'ignorer pour me preserver de c'est attaque pour me devaloriser ou rabaiser .il utilise les menace et ensuite les coups.aujourd'hui il se mettrise car il risque la prison ,mais je sais que sais provisoire ,car quand quand la sanction sera lever,ilrecommencera .je ferais tout pour partir avant.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×