Les professionnels de la psy .

Please, Choose your langage to translate this website



Please, Translate this website :



On m'a souvent posé la question de la différence entre un psychanalyste, un psychothérapeute, un psychiatre, un psychologue....

 

Le psychiatre est un médecin, spécialisé dans tous les troubles mentaux. 

Quand il fait des soins en discutant avec le patient pour l'aider à trouver les clefs de son problème, il lui fait une psychothérapie. Il est donc un psychothérapeute dont la compétence est reconnue.

Si il adhère aux idées de Freud, Lacan ou Jung, bref, à la psychanalyse, il peut aussi faire des psychanalyses. Il peut aussi être psychanalyste.

ses consultations sont remboursées par la sécurité sociale.

le psychiatre étant médecin, il peut prescrire aussi un traitement médicamenteux 

Dans le cadre de la psychanalyse (qui est loin d'etre la thérapie que je recommanderais, mais c'est mon point de vue) le non remboursement est normal,et souvent le traitement medicamenteux est prescrit par un autre médecin.

 

Le psychologue n'est pas un médecin, mais il a une compétence tout à fait reconnue.

Il est tout à fait compétent pour faire des psychothérapies, et, si il adhère aux idées psychanalytiques et se forme , il est aussi un psychanalyste. 

Il n'est pas remboursé par la sécurité sociale.Il ne peut pas prescrire de traitement medicamenteu x

les Psychothérapeutes : une personne qui prend en charge une personne en psychothérapie est un psychoathérapeute...la question est ...quelle est sa formation, est ce une vraie formation professionnelle, digne de ce nom, surtout quand on voit l'importance de ce rôle... et le pouvoir que cela donne. (voir la relation de transfert et le pouvoir du thérapeute)

le souci est que terme ne veut pas dire que la personne est obligatoirement compétente : si un psychothérapeute est un psychiatre ou un psychologue, alors c'est une personne qui a une vraie compétence reconnue. Aucun souci.

Si cette personne n'a aucune de cette qualification, elle n'a donc pas de compétence reconnue. Après c'est à vous de voir si un stage trouvé dans des annonces de magazines spécialisés peut suffir pour confier votre psychisme à cette personne.

 

 

Un psychanalyste : on en revient à la question du psychothérapeute : si c'est un psychiatre ou un psychologue , qui a décidé de se former en psychanalyse, alors vous avez un vrai professionnel compétent en face de vous. Si la personne vous dit qu'elle a fait des stages,une psychothérapie, qu'elle a été formée par les meilleurs mais qu'elle n'a aucun diplôme d'état de psychologue ou de psychiatre, alors vous n'êtes pas face à un vrai professionnel.

 

 La loi française n'a pas encore (elle est en train...) fait le ménage en réglant le problème des personnes qui se décrètent toute seules psychothérapeutes. A ce jour, votre facteur, votre boucher,  peuvent visser leur plaque de psychothérapeute. ils en ont le droit légalement. pour ce qui est de la compétence, c'est un autre problème.

Quand on pense que pour ouvrir un salon de coiffure, on doit prouver qu'on a son diplome....la psychothérapie n'a pas encore cette protection.

Pourtant, si je suis rassurée de savoir que les coiffeurs sont compétents, même une coupe ou une couleur ratée sont moins graves que laisser une personne incompétente "bidouiller" dans le psychisme des personnes. Quand on est psychothérapeute, la personne en face se met insensiblement dans une position où elle accpete avec beaucoup de force ce que la personne en face lui dit. Et c'est une très grande responsabilité que de savoir répondre à une personne qui vous demande  si elle doit divorcer, démissionner, ou qui vous dit qu'elle se sent coupable d'avoir été agressée enfant par un parent. Trouver la réponse juste ou la plus juste possible demande d'avoir un "bagage " de compétences, sous peine de dire des choses blessantes ou inadaptées à la personne en face.

Les situations ne sont pas rares où l'on doit se donner quelques secondes pour envisager la situation du patient, ce qu'il lui faut, le sens apparent de sa question, et surtout le vrai sens,...celui est caché. Et c'est au sens caché qu'il faut répondre.

 

 

Cette mise au point me semblait nécessaire, car beaucoup de mes patients ne savaient pas toujours si j'étais psychologue ou psychiatre,...et un patient se demandait si je n'étais pas psychopathe... je suis en effet un des 3. Je souhaite juste que vous ne confiez pas votre psychisme à n'importe qui.

 

Quand au choix du psy...autant un ophtalmo ou un dentiste vous soignera de la même manière, que ça passe entre vous ou pas sur un plan relationnel.

Par contre si vous n'accrochez pas avec votre psy au bout de plusieurs séances, s'il y a des choses que vous n'avez pas envie de lui dire...alors c'est que vous devez en changer.

Car on travaille sur la "matière" que donne le patient. S'il ne livre le plus essentiel...c'est que ca ne va pas. Cependant, parfois, on fait un blocage, (on dit des résistances) sur un problème lourd. Et ce n'est pas le thérapeute la cause de ce problème. dans ce cas, ca ne sert à rien d'en changer. au contraire. On peut aussi rejeter un psy car il a "mis le doigt" sur LE probleme que l'on ne se sent pas encore prêt à aborder. La fuite est une réaction fréquente.

Il y a autant de psy qu'il y a de personnes, et de personnalités. Certains sont froids et distants (souvent les psychanalystes..c'est mon point de vue...mais le but de la psychanalyse est la frustration...un psychanalyste qui vous offre un café avec un caramel...ca ne colle pas..), certains ont un côté paternaliste, ou maternel, vous pouvez préférer une femme, un homme, un thérapeute jeune, âgé, détendu ou vêtu de façon bourgeoise... vous devez juste trouver chaussure à votre pied . Ne jugez pas tous les psy selon un qui ne vous aurait pas convaincu.

La question de la compétence est donc facile pour les psychiatres ou les psychologues dont la formation est incontestable. Après, comme dans tous les domaines professionnels, certains sont meilleurs que d'autres .  

 

 


 

3 votes. Moyenne 4.33 sur 5.

Commentaires (2)

1. psy07 15/04/2011

Si je peux mettre mon grain de sel pro...
Pour un psy (-chologue, que je suis), il ne s'agit pas de dire au patient s'il doit divorcer ou pas (par exemple), mais d'amener le patient à prendre lui-même cette décision en l'éclairant - grâce à notre savoir et savoir-faire - sur ses propres souffrances, attentes, désirs, voeux... en l'accompagnant, le soutenant dans ses choix. Le patient reste acteur de sa vie, de sa "destinée"..
si c'est le psy qui dit ce qu'il faut faire, c'est un "gourou"...
bien sûr les psy peuvent donner leur avis, des conseils mais ce n'est pas leur fonction première...

2. seotons (site web) 01/02/2011

Super, merci ! J'en parlerai autour de moi de cette page =)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×