La communication avec le PN

Please, Choose your langage to translate this website



Please, Translate this website :

La communication normale est impossible avec le manipulateur :

Tout d'abord, vous n'êtes pas pour lui une personne, mais un objet, une chose, qui n'est digne ni de respect, ni de considération. c'est bien simple, vous n'existez pas, vous n'avez pas de cerveau. Le seul intérêt que vous avez, en tant que chose est le pouvoir de manipulation que l'on peut exercer sur vous, vos larmes, vos pleurs, votre souffrance.

 

Le manipulateur donc, ne communique pas : il ne veut pas régler un conflit, il ne veut surtout pas apaiser votre souffrance ou vos doutes.

le manipulateur pervers va même tout faire, par la confusion de ses réponses, pour vous embrouiller encore davantage. Vous poserez une question et vous serez encore plus perdu après l'avoir posée. Chaque réponse sera une couche de torture supplémentaire, un questionnement, une angoisse qui s'accumule encore.

le manipulateur communique donc par la confusion,cultive le flou le plus total : il communique en infra verbal qu'il est en colère ou fâché, tout en vous assurant, en communication verbale que tout va bien , et que même vous avez l'air fâché, contrarié, vous boudez, voire même il vous trouve hystérique.

Il n'exprime pas clairement ses besoins, ses sentiments et ses opinions et ses réponses sont évasives. Le manipulateur reste volontairement dans le flou.
Souvent, il nous faut décoder entre le verbal et le non-verbal, deviner, interpréter.


De plus, il fait de l’écoute sélective, n’écoutant que ce qui fait son affaire pour s’en resservir.
La solution ne viendra donc pas de lui et il nous faut impérativement trouver des moyens de modifier cette communication faussée.

 

4 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. Stick 12/11/2015

Voici une situation, que j'ai vécu l'autre jour avec "une amie". Il y a eu plusieurs altercations à son sujet avec mon mari qui soutiens qu'elle exerce à mon encontre une attitude de contrôle...suite à cela il a souhaité ne plus la revoir chez nous, sans pour autant m'interdire de la revoir à l'extérieur. Nous nous sommes disputés véritablement à son sujet. C'est une personne qui connaît très bien les personnalités perverses-narcissiques et qui maîtrise le sujet.
Donc le dernier jour férié elle m'envoie un sms à 9h40 pour venir nous voir à la maison (ma fille et moi), ce à quoi je réponds que mon mari ayant travaillé la nuit précédente est endormi à demeure et que c'est impossible.
Je lui propose néanmoins de la rencontrer au dehors en déjeunant ensemble pour ensuite faire une promenade l'après midi.
Je culpabilise de ce qui se passe et qui m’empêche de l'accueillir chez nous alors je prépare tout en vitesse car je dois la rejoindre en bus. A cet instant je ne me rappelle plus que nous sommes un jour férié.
Après avoir évacué les taches ménagères (étendre le linge, faire à manger et fait la vaisselle) je prépare ma fillette en vitesse (...autant que possible) et me prépare à mon tour.
Je galope jusqu'au bus en bas de ma rue, qui arrive assez vite et malgré mon retard d'1/4 d'heure sur l'horaire je me dis que je serai "pas trop" dans le jus.
A la correspondance avec l'autre bus je me rends compte du délai/férié d'attente. Et après 3 sms limites j'arrive a lui expliquer que je suis entravée dans mon mouvement par la longueur d'arrivée du bus.
Elle renvoie qu'elle "profite" du bruit ambiant (elle est hypersensible à tout) en m'attendant....cqfd
Nous finissons par arriver et un vigile vient me donner une consigne qu'elle commente à son style.
Les nerfs me gagnent lentement pendant que nous montons à l'étage de la cafétaria.
Arrivées devant l'entrée, nous constatons une queue incroyable...intérieurement je repense au repas préparé pour mon mari, à la complication dans laquelle je me suis mise, pendant que ma fille de 4 ans 1/2 scande "j'ai faim, j'ai faim".
Et là "mon amie" m'étale toute sa vision de l'endroit où il est moins cher de manger, du fait que je n'ai pas besoin de m'excuser d'avoir oublié le jour férié, que faire la queue ne la dérange pas et que : " il faut que je me décide maintenant car elle ne compte pas rester longtemps dans cet endroit".
4 messages différents et contradictoires en une tirade.
J'ai considéré sa sollicitation matinale de dernière minute, son désir impérieux de nous voir ce jour là et ce que j'ai choisis de mobiliser pour la satisfaire. Et je me suis décidée sur l'instant de la fuir à toutes jambes car son manque de gentillesse m'a clouée sur place. J'étais tellement en colère que j'en tremblait de partout et que j'ai laissée ma fillette derrière moi.
Ce à quoi elle a haussé le ton pour me signifier devant tout le monde " que la pauvre petite ce n'était pas sa faute...". Après m'avoir bien sollicitée pour me faire venir par empathie à sa solitude , elle me fait culpabiliser d'y être venue et critique ouvertement ce choix pour ensuite me faire passer pour une mère négligente devant les clients. J'ai réussi à ravaler mes larmes mais je n'ai pas pu retenir la colère qui a éclaté de la voir me parler de la sorte. Est-ce bien de la manipulation ?

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×