Portraits

Choose your langage to translate this website

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les manipulateurs ont des traits communs et caractéristiques. mais tous ne se ressemblent pas.

 

 

 

Je vous invite ici à décrire le vôtre.

J'ai souvent décrit l'homme manipulateur inspiré par des cas: c'est celui que je décris largement dans d'autres rubriques.

 


CLIQUEZ ICI POUR VOTRE TIRAGE COMPLET ET IMMEDIAT DES TAROTS

 

La "Beausaigne"

 

Il y a aussi la personne, souvent une femme, qui a des airs de gentille pleurnicheuse mais toujours très digne. Une sorte de "zézette épouse X" qu'on a envie de protéger. Une beausaigne comme on dit à St etienne....Bref, une femme qui ne se présente pas comme quelqu'un de redoutable ou de méchant. Bien au contraire. Une femme qui collectionne les galères, les situations pourries, tordues, compliquées....à même se demander comment elles ont pu se trouver dans une galère pareille. Ou une simple situation pas facile. Et comme certains d'entre nous sommes de bonnes âmes, avec un petit côté Saint Bernard qui sommeille....

on a envie de l'aider ....d'autant que souvent elle ne demande rien. Elle a juste son gentil air de beausaigne, de fille qui galère dans la dignité...une miss courage en quelque sorte. Insidieusement, on pense à elle dans les moments de bonheur, on l'invite aux fêtes de famille, on lui apporte des légumes du jardin pour l'aider sans avoir trop l'air de l'assister. Et elle accepte avec reconnaissance : le genre qui donne envie de recommencer, d'autant que si elle élève seule des enfants, on fait en plus des petits cadeaux pour aider les enfants. ceux ci deviennent un moyen d'attendrir. Et c'est ainsi que des personnes parviennent à sous tirer des aides, du temps, de l'énergie à tous ceux qu'elles/ils croisent. Et quand on devient conjoint de cette personne....on se fait pomper son énergie, son argent, sa joie de vivre, avec le sentiment de tout donner pour l'Autre. Jusqu'au jour où on finit par se rendre compte qu'on s'est oublié soi même.....

 

 

 

 

Le "glandeur plein de projets"

 

Ah... c'est le type...quand on le rencontre...qu'est ce qu'il est gentil...attentionné.....Il a juste des galères en ce moment. Il a plein de projets, il veut  faire plein de choses, mais malheureusement en ce moment , ça ne marche pas comme il veut. Il traverse une très mauvaise passe : une ex-femme qui l'a mis sur la paille....un ancien associé qui l'a arnaqué dans des conditions pas très claires....

oui car ce gars là est le genre qui n'étale pas la cause de ses problèmes actuels : on sait juste que c'est difficile. on arrive jamais à avoir tous les détails...c'est jamais bien précis, il part sur autre chose. Quand on veut savoir s'il a des dettes, ou leur montant...la fin de ces dettes, les circonstances précises de l'arnaque par son ancien associé....on croit essayer d'attraper une anguille.....et on finit pas se résoudre : on ne saura pas tout car il n'est pas du genre à s'étaler...mais ce qu'on sait, c'est qu'il est en train de remonter la pente...et que ce n'est pas de sa faute...c'est celle de la vie qui ne l'a pas épargné...bref....il a besoin qu'on l'aide un peu le temps de "se refaire".

 

                                                                                           La Profiteuse

 

Une relation de couple qui s'intalle, avec une femme du genre de notre beausaigne, mais moins caricaturale. Moins à plaindre : juste la femme qui a eu des histoires difficiles dans vie, disant avoir eu une enfance malheureuse, avoir été battue dans des relations antérieures. Elle présente cette nouvelle relation comme un renouveau, enfin du bonheur dans une vie bien difficile. Mais tout doucement une relation de pouvoir s'installe, ou la manipulatrice se met à commander, soustirer de l'argent, sous divers prétextes, demander des assurances vies, un changement de testament, un partage équitable des biens mais qui vire toujours en sa faveur. Une grande constante toutefois, une tendance à semer la zizanie dans la famille, et à éloigner le manipulé de ses amis.

                                                                                                La Personne intelligente

Un ou une manipulatrice peut aussi séduire par son intelligence, se défendre de profiter. Elle peut jouer la personne désintéressée qui ne demande rien, voire qui revendique son indépendance, et même sa crainte de ne pas être perçue comme profiteuse, quand elle constate participer moins aux frais, ou faire moins de cadeaux...ou pas du tout ! Cette personne intelligente agit de façon bien plus insidueuse, et c'est au fil des années, quand on fait les comptes que l'on découvre combien la facture est salée ! C'est au cours de la relation, ou à son terme que l'on se rend compte qu'on a été discrètement dévalorisé mais pas trop, isolé mais pas trop, que l'on a pas eu le monstre de type pieuvre décrit dans ce site , mais une petite sangsue, qui vous critique, fait de la psychologie de bas étage mais parfois très fine dans son évaluation, et qui parfois vous demande si ex avait raison de la décrire comme manipulatrice, profiteuse. Ce n'est pas une vraie crainte de sa part mais une prise de température ou le plaisir de vous entendre vous défendre. C'est du parasitisme intelligent, sans que la victime ne se rende compte qu'elle est pompée. Ce parasitisme est plus difficile à détecter, parfois des remarques d'amis, les vôtres, pas les siens peuvent vous mettre gentiment la puce à l'oreille, vous glisser que certaines choses sont anormales.

La vie peut parfois comporter des évenements étranges avec les pervers narcissiques.... ils vous disent que quelqu'un est entré dans la maison, et n'a volé qu'un objet...DVD, bibelot,....ou qu'une personne les harcèle.... le genre d'évenement auquel on croit car on est en couple par définition avec une personne en qui on a confiance.....mais après, parfois aidés de personnes bienveillantes, on peut ouvrir les yeux sur des situations totalement abracadabrantes...... 

 

 

votre programme tv Annuaire Belgique annuaire web gratuit France annuaire pro

 

1 vote. Moyenne 3.00 sur 5.

Commentaires (14)

1. lucie 15/10/2015

Bonjour,

Je suis à 2 doigts de quitter mon compagnon car je me sens de plus en plus mal. Mon cœur s'emballe, je suis trempée toutes les nuits depuis 2 mois consécutifs, j ai mal au dos, aux cervicales, je déprime...mes 2 enfants issus d une 1ere union ont finit par partir vivre chez leur père et tant que je vivrai sous le même toit que lui ils ne viendront même pas en vacances...J ai un enfant avec ce compagnon, raison pour laquelle je n'arrive pas à partir.
Le début de la relation était sympa et nous avons eu un enfant assez vite. Je n étais pas très rassurée mais il m a supplie de lui faire confiance...de plus il allait devoir aussi s occuper des + grands...et continuer de travailler...sauf que pas d travail durant des années, je faisais quasiment tout à la maison, il ne semblait pas concerné par la vie de famille...ou il dormait, ou sur pc, ou en sorties chez potes ou bar, fêtes, des fois des jours sans donner de nouvelles et de + je n avais pas le permis de conduire...sans compter les remarques blessantes, la violence psy et même physique qui s est finie chez le procureur...même si moi même il m est arrivé de lui envoyer des baffes par épuisement moral, car il disparaissait et rentrait en nous ignorant, et bien sûr des insultes tellement j étais poussée à bout...cependant on s est séparés, remis ensemble, et d ailleurs c est plutôt moi qui revient vers lui...mais depuis la rentrée sans mon fils qui vient juste de partir, ce manque d amour au quotidien, on dirait qu on est des vieux...il taf maintenant, mais toujours aussi peu concerné par la vie de famille..alors quelques améliorations sporadiques, surtout quand j m éloigne un peu..mais d un jour à l autre quand ça se passe mal, le lendemain c est comme si tout allait bien et bien sur je parle seule!! aucune interaction ce qui lui permet de dire que j fais des monologues...des que ça va pas dans son sens il se sert de tout c que j dis pour me casser...et comme à cause de tout ça on est en enquête avec juge des enfants, il me tient sinon il m a menacé de raconter des trucs x ou y , avec menaces sur ma famille..et puis le lendemain tout va bien!! des que j essaie de parler des soucis, pour lui je me répète, je tourne en rond, etc...j suis perdue, j me sens pas bien, des que j me dis j me casse il devient sympa...tout l monde m dit que j suis sous emprise et que des que j arrive à partir j y retourne...j ai surtout peur que notre fils ait une famille cassée, et de + je n ai plus envie de rester dans cette région et envie de repartir dans la mienne, mais il m a menacé de garder le petit pour lui, car il n aime pas ma région et y aurau de la distance..je suis isolée, ici certains m evitent a cause de ces histoires, car il a pas mal mis la pression et raconté n importe quoi sur moi..par contre lui pas d soucis!! voila j sais pas trop quoi faire ni penser...c est le chaos...

2. ZEILEN 07/10/2015

Bonjour,

Je ne sais plus très bien où j'en suis, mon compagnon essaie de me détourner de mes amies, mais ça me fait souffrir, j'ai quitté Facebook pensant être tranquille mais finalement il trouve toujours quelque chose, il me dit qu'il m'aime... cela fait 20 ans que nous sommes ensemble :(

3. Sandra 20/03/2014

Françoise bonjour. En lisant votre témoignage, j'ai l'impression que vous écrivez mon histoire ! Moi aussi, il y'a 8 ans maintenant, je suis tombée sous le charme d'un homme, charismatique. Au début il m'impressionnait par son aisance, sa générosité. Il était grand, fort. Il avait un caractère très affirmé et savait se faire respecter de tout le monde. Très agréable en public, il avait la voix haute et forte et ne mâchait pas ses mots. Moi, j’étais pleine de vie, maman d’un petit garçon de 8 ans que j’élevais seule avec bonheur , plein d’amis, un boulot, une famille et même une belle famille (celle du papa) qui m’adorait, j’avais créé un petit monde douillé, ou j’étais valorisée, appréciée. Je me sentais belle et radieuse…
Lorsque je l’ai rencontré, cela a été de suite fusionnel. Je n’avais jamais rencontré autant d’amour. j’ étais sa déesse, il me vénérait. 1 mois après notre rencontre, il me demandait de venir vivre chez lui.A l’époque Il louait une grande maison à la campagne, moi j’avais en appartement distant de 70km avec un loyer difficile à payer tous les mois. Il m’a vite persuadé que se serait plus facile de vivre ensemble, qu’il avait un bonne situation professionnelle, nous permettant de vivre très correctement même si je ne travaillais pas. Et puis pour mon fils….la vie à la campagne, quoi de mieux. Je ne serais pas si loin que ça de mes amis… et puis c’était bien que je quitte l’appartement, car en parallèle il avait persuadé sa fille, maman de 2 petites filles de venir s’installer dans la région .
Nous voilà donc partis pour notre nouveau lieu de vie, laissant l’appartement pour la bonne cause. (2 mois après, elle décidera de repartir, incompatibilité paternel oblige!)
A peine installé ou presque (toutes nos affaires et meubles resteront encartonnés au garage), premières interrogations sur cet homme, qui peut être si adorable et dans l’instant qui suit prendre de telles colères à faire trembler les murs, tout ça pour une contrariété, un détail …
Je commence à m’interroger. Qui est il ? Je n’avais jusqu’à présent décelé aucun défaut. L’amour aidant, je tourne la page sur ses sauts d’humeur, la vie reprend son cour. Je me rappelle qu'à l'époque j'avais expliqué à ma meilleure amie à quel point je n'arrivait pas à discuter avec cet homme. On m'avait pourtant souvent remercier d'être capable d'écouter et de comprendre les autres, mais là, c'était à y perdre son latin! plus j'essayais de parler, plus il m'embrouillait dans ses propos. Ca n'avait ni queue ni tête. Au mieux les pseudo-conversation étaient stériles, au pire elle débouchaient sur 2 jours de mutisme de sa part! J' en souffrait énormément à l'époque car j'étais très amoureuse. Je n'avais jamais rencontré un tel cas. Je comprendrai 5 ans plus tard (eh oui, quand même!), que j'étais face à un manipulateur, sachant manier le verbe intelligemment, esquivant ou se dérobant quand les questions étaient trop précises, que j'étais comme une proie avec laquelle il savait jouer avec délectation, et qu'une fois mise à terre, il savait revenir vers moi en grand seigneur conquérant pour me rappeler que j'étais la femme de sa vie! Je découvre également très vite qu'il très possessif. Il me fait des scènes hallucinantes parce que je regarde les gens qui sont autour de moi quand on se promène, j'apprend sans m'en apercevoir à marcher la tête baissée! Pendant plusieurs années j'ai subie ces violences psychologiques sans pouvoir en parler à quiconque. D'une part parce que je n'avais plus personne autour de moi à qui en parler ( nous avons déménagé 5 fois en 4 ans!), et puis comment parler de quelque chose que vous ne savait pas définir?!! A cette époque, malgré mon mal être épisodique, nous nous aimons encore passionnément, plein de projet malgré des difficultés financières récurrentes ( il a changé plusieurs fois de travail, il est maintenant au chômage et tous les crédits sont à mon nom!) De plus nous sommes partis au bout du monde, petite ville insulaire magnifique mais où les habitants n'aiment pas du tout les étrangers. Je me sens de plus en plus isolée, je n'ai pas d'amies, les hivers sont très long car nous sommes dans une ville touristique de bord de mer où tout est fermé les 6 mois durant...
Et là je commence à craquer. Dans cette grande maison sombre, seule toute la journée, je n'en peux plus. J'ai l'impression d'être dans un long tunnel noir interminable, je cherche une sortie je n'en trouve pas. J'essaye de lui en parler...il redouble de sarcasmes et de réflexions blessantes:" Tu t'ennuie? ...pourtant il y a de quoi faire dans cette maison, j'ai jamais eu une maison aussi sale !!! ", "Tu veux travailler? et bien vas-y cherche du boulot!!!...tu cherches pas!!! ( il sait très bien qu'ici il n'y a que des contrats saisonniers....). Je me sent pieds et mains liées aucune autonomie financière. "Pars si tu veux, je ne te retiens pas!" me rétorque t-il quand je m'insurge.
Le déclic: Le jour ou vous commençait à le détester pour tout le mal qu'il vous fait, vous êtes sur la bonne voie. Au fil des mois, vous comprenez que vous ne l'aimais plus, oubliez l'homme que vous admiriez, il n'existe pas, c'est un mirage. Ouvrez les yeux sur ce qu'il est vraiment , maintenant vous allez pouvoir commencer à vous reconstruire. Il va bien sur falloir la jouer finement! Garder en tête qu'il est comme un prédateur, et qu'il va falloir être très maline pour ne pas éveiller chez lui des soupçons, autrement dit il va falloir jouer un peu la comédie: abonder toujours dans son sens, c'est votre meilleure arme !!!
Aujourd'hui, cela fait 6 mois que je l'ai quitté. Je fais un long travail d'introspection pour me reconstruire et réapprendre qui je suis. C'est un travail de tous les jours avec des hauts et des bas. Il y'a aussi les crises d'angoisse de la nuit…qui s'espacent de plus en plus. c'est bon signe! C'est une phase où l'on ne cesse d'essayer de s'expliquer le pourquoi du comment. C'est une période de grande incertitude aussi, matériel, financière, il m'est arrivé de me demandée si j'avais bien fais…et la réponse est OUI! rien ne peut justifier la mise à mort psychologique d'une personne.
La première étape était de retrouver sa liberté. La deuxième est de se reconstruire une nouvelle vie. Il faut du temps, beaucoup de temps pour s'extirper d'un telle relation toxique. Mais le plus dur est fait, et le cauchemar est derrière nous. La vie est belle et le meilleur reste à venir!

4. Francoise 12/01/2014

Je tiens à apporter mon témoignage, je viens de m'apercevoir que j'ai été la proie d'un homme à qui j'ai tout donné, tout quitté voilà 14 ans, au cours de ces années j'ai été sous son emprise, sa dictature, il a fait le vide autour de moi et en moi, et lorsque je suis devenue une enveloppe vide (mal être, prise de poids, maladie) il s'est empressée de rechercher une nouvelle victime toute fraiche. Je suis partie de chez lui sans rien sans emploi je suis hébergée chez une amie en attendant que ma situation s'améliore je ne pouvais plus rester, j'ai compris qu'il me trompait malgré son déni. Ses mensonges, ses vociférations, ses remarques, ses moqueries, ses réflexions.... hantaient mon quotidien, je suis devenue l'ombre de moi même, il m'a déshonorée m'obligeant à faire des choses que je n'avais pas envie, je me sens sale j'ai peur et j'ai honte je vis dans l'angoisse. Je me suis rendu compte que j'avais été manipulée par un pervers lorsque j'ai trouvé par hasard voilà une quinzaine de jours, un livre à Cultura je l'ai acheté je l'ai lu et relu et j'ai enfin compris, la chute a été dure, je culpabilise de m'être laisser faire mais l'amour rend aveugle parait -il, mais croyez moi j'ai ouvert les yeux et je n'en reviens toujours pas. Aujourd'hui je suis partagée entre le fait d'oublier de me reconstruire et le sentiment de vengeance de lui faire payer ce que j'ai subi malgré moi ! Notre rencontre a été magique le prince charmant le coup de foudre, très vite j'ai tout quitté pour lui et suis partie m'installer chez lui l'erreur à ne plus refaire ! Peu à peu il a imposé ses volontés, supprimer mes amis un à un au fil des années, certains membres de ma famille et même jusqu'à essayer avec mon fils issu d'un premier mariage. J'ai tout perdu dans cette histoire ces années à l'aider à s'enrichir sans que moi je puisse prétendre à quelque chose, je me suis oubliée moi même, pas assez protégée c'est horrible d'en arriver à une telle situation à 47 ans, aujourd'hui sans domicile fixe et sans travail et sous traitement je lutte pour retrouver une vie saine et sereine je me bats avec moi même pour chasser de mon esprit les sentiments que j'éprouve encore pour lui malgré tout, mes journées sont longues et mes nuits sont courtes, je m'accroche au peu que j'ai et j'ai la foi en Dieu, pour que la route tourne enfin !!!
Merci de votre soutien
Une âme désespérée !

5. virginie 30/07/2013

Bonjour,
alors moi je sort tout juste d'une relation avec un manipulateur, effectivement je me sent revivre, mais avec bcp de rechute et culpabilité... je suis tombé en dépression, perdu 12kg, c'était pour moi une question de survie que de le quitter..
mon quotidien avec lui;
Nous nous sommes mis en couple il y a 5ans, il a voulu très vite emménagé chez moi, au bout de 3mois.
Nous avons eu des jumelles 2ans après... jusque la, il me semblait que tout allait bien (en apparence, car j'ai compris bien après qu'il avait commencé a tisser sa toile) j'ai pris 1 congé parental, j'étais donc a la maison toute la journée, mais malgré tout je devais lui dire mon emploi du temps a la minute prés, lui me disait que c'était de la curiosité...
ce que je faisait, ou, quand, avec qui...je devais sans arrêt, lui rendre des comptes.
j'en suis arrivé ou pour éviter toutes ces questions, ces intrusions dans ma vie, a ne plus répondre à mes amis, ne plus sortir, ne plus aller sur l'ordinateur... le simple fait d'aller faire des courses seule, me culpabilisait. je me suis renfermé sur moi.. lui était quelqu'un de très secret, qui me parlé pas bcp de lui..
jusqu'au jour, ou je me suis aperçu qu'il entretenait des relations soit disant par téléphone avec plusieurs nana rencontraient sur des sites de rencontre. Je suis tombée des nu, choqué, moi qui le voyait comme mon idéal malgré tout. Cela m'a permis d'ouvrir les yeux, et j'ai décidé de me reprendre en main, de revivre... mais la, il a encore changé de comportement, a se faire passer pour la victime, il ne savait pas pourquoi il avait fait ca, me disant qu'il était vraiment mal et qu'il s'en voulait terriblement.
Tout en étant persuader que j'allais me vengé, de se fait, il me pisté encore plus, me posé encore plus de question! j'en été a me demandé si ce n'été pas moi qu'il l'avait trahi... !!!! car pour lui, il était la victime..
J'ai décider de passer sur ces trahisons, et ces infidélités, sa névrose naissante, sauf qu'au bout de 15jours, il a recommencé à me mentir. La c'était trop pour moi. J'ai décidé de me séparer. La a débuté un combat, j'avais l'impression de livrer une bataille, lui qui ne parlé pas bcp, il c'est mis a bcp me parler, mais pour me demander a répétition pourquoi je faisait ça, pourquoi j'étais aussi méchante avec lui, si un jour je le pardonnerai, ou si un jour je voudrais qu'on se remette ensemble... j'avais l'impression qu'il me rendait folle par ces questions incessante, comme si, il cherchait à épuisé mon cerveau, sans parlé du harcèlement téléphonique, moral, psychologique, affectif.. j'ai fini par ne plus avoir de contact directement avec lui. Même pour ces filles nous n'arrivons pas a trouver de terrain d'entente, puisque tout est ramené a moi, j'ai l'impression d'être devenu une obsession pour lui... c'est effrayant!
cela fait 2mois que nous sommes réellement séparé, qu'il a quitté le domicile, mais il me harcèle régulièrement.
Jusqu'à ce week end ou comme je ne répondais plus a ces appels, ou questions il a tenté de se suicider par pendaisons. Fort heureusement sa mère est arrivé a temps, aujourd'hui il est hospitalisé.
Je culpabilise bcp, je ne cesse de penser a lui, je me pose énormément de question... je me sent pas bien du tout.. j'aimerais qu'on me dise ce que je doit faire, que l'on me conseil, je suis complétement perdu.
mes sentiments sont confus.. Je pensais ne plus l'aimait, mais avec ce qu'il a fait, je me retiens d'aller le voir pour le réconforter, j'aimerais le prendre dans mes bras... suis je normale???? est ce moi qui ai 1 problème????
aidez moi, svp

6. Troublé 13/07/2013

Il s'agit d'une jeune femme. Très beau regard, une attention particulière à son apparence, ses vêtements...

Rencontrée sur un site Internet. Elle est loin des siens, elle n'a pas beaucoup d'argent, elle semble indépendante, je la trouve forte pour affronter la distance, et le quotidien alors que sa situation ne semble pas facile.

Elle a perdu sa mère jeune d'une maladie, vie loin de sa famille, semble avoir une vie sociale dense, elle est attendrissante lorsqu'elle évoque sa famille.

Dès le départ, elle se dit experte des relations de couple.

Je suis un jeune homme plus réservé, moins sur de moi.
Je suis proche des miens, de ma famille, sensible...
Une relation démarre...

Elle cherche presque immédiatement à imposer ses choix, vêtements, dans les moments intimes, elle me domine tous les jours un peu plus.

On s'installe ensemble. Elle finit par prendre tout en main, mobilier, garde robe, etc...elle ne fait rien dans la maison, ou presque, me laissant les taches ingrates (repassage, bricolage, que je fais "toujours tout mal" à l'entendre, je suis responsable des retards qu'elle accumule parce je ne lui ai pas fait "ses" courriers, je suis le bouc émissaire lorsque l'on se retrouve tous les deux si quelque chose ne va pas exactement comme elle le souhaite).

Il y a ensuite la chambre séparée. Puis, l'isolement, elle critique lorsque je vais voir les miens. Puis, des critiques permanentes, je finis par agir discrétement, vois les miens sans lui dire, fais des choses avec mes amis sans l'associer...peut être que je deviens moi même un peu pervers.

Je décide de prendre le large, lui demande de stopper notre relation.
Elle s'accroche, retente la séduction, j'y crois, à tort.
Et comme avant, elle veut avoir de l'emprise sur moi.

Elle semble parfois immature, prend une voix de jeune fille pour me demander de l'affection, pour que je sois attendri, elle peut passer immédiatement à autre chose en quelques minutes, en devenant sérieuse voire commandante.

La jeune femme aux yeux brillants qui n'a pas toujours eu de chance, est devenue une personne possessive, un "adjudant" qui n'accepte pas que le monde ne tourne pas autour d'elle.

Je finis par être très fatigué, car je cède sur beaucoup de points, je décide de lui demander de quitter notre logement.

Elle reste, prend son temps pour trouver un autre pied à terre (pour information je finance tous les frais, loyers, charges etc), elle laisse passer les semaines, puis retente la séduction, les semaines passants, je baisse la garde.

La confusion s'installe alors, je me demande si elle est perverse, si c'est moi qui le suis, souffrant comme mentionné d'un "manque d'expérience" n'étant pas comme elle "expert des relations de couple", peut être au final qu'elle a raison "les relations de couple subissent toujours des hauts et des bas, et des confrontations".

Je réalise pourtant qu'elle est en "procès" avec tout son entourage, au sens propre comme au figuré.

Et pourtant je doute...elle finira par partir car j'ai joué la ruse sur la fin, "le break" et l'évolution professionnelle qui m'a guidé vers d'autres missions pour m'éloigner.
La période entre ma demande de nous séparer, et la séparation physique prendra environ 7 mois. Elle n'acceptera pas cette séparation puisque c'est pas à elle qui l'a décidée, et tentera de nouveau séduction ou humiliation me voyant m'éloigner.

La peur ou la culpabilité demeurent, je n'ai jamais voulu la faire souffrir même au moment de la séparation, mais pourtant j'étais arrivé à un point de fatigue énorme, avec une déprime qui aurait fini par apparaitre.

Je ne sais pas si c'est une PN mais elle ressemble à certains portraits du site. Elle obtient une note qui oscille entre 16 et 21 au test des 25 questions suivant mon positionnement.

7. anita 12/11/2012

bonjour à tous.... je viens de quitter "mon" PN... avec un très grand soulagement malgré le goût amère de l'échec et la tristesse du non amour à mon égard... mais vos deux portraits m'amusent car "mon" PN qui est le "Glandeur" est en train de jeter son filet sur une "beausaigne" - maman seule 4 enfants qui galère de petits jobs en petits jobs.... qui pleure les amis & amours perdus - bref mon contraire....il vient de l'embaucher comme femme de ménage... sa fille comme nounou pour son propre fils, lui a donné plein de vetements etc...... donc ma question : que se passe-t-il quand A rencontre B ?? qui détruira l'autre en premier ???

8. webmaster 11/11/2012

@ livni :
Votre histoire et celle de Martine est très touchante. Il est difficile de se prononcer et de donner un avis définitif sur une situation que l'on connait pas. Déjà , quand on vit une histoire, il n'est pas toujours facile de dire des choses pertinentes...alors là, encore moins...
En tout cas, sans me prononcer sur la personnalité de votre père ou de ses intentions, on observe tout de même que des maladies lourdes à gérer pour les proches peuvent épuiser psychologiquement ou physiquement. Certaines maladies peuvent aussi préparer les proches au deuil à venir.Il est clair qu'un Pervers n'aura aucun mal à faire son deuil.
Vous comprendrez qu'il est difficile de porter un jugement. Bon courage à vous :)

9. livni 11/11/2012

1e étape : Mon père est indubitablement un pervers narcissique, marié à ma mère en 1962 à son retour de la guerre d’Algérie. Je suis née 7 ans après leur union et ma mère a eu le courage de fuir avec moi et d’obtenir le divorce, ce qui en 1976 se faisait par divorce pour faute. Je ne sais pas à quel moment le terme de PN – pervers narcissique a été reconnu, identifié et que des garde fous ont été mis en place juridiquement.
2e étape : quelques mois, peut être 4, mon père a épousé en seconde noces une jeune femme plus jeune que lui qui n’était pas une beauté et aurait pu rester vieille fille. Issue d’une famille les plus riches de la ville (Nevers), elle est élégante, s’habille en prêt à porter de luxe et utilise des produits de beauté de grandes marques (Chanel, Ricci, Guerlain). En l’espace de 3 -4 ans, mon père insidueusement la fait habiller par des marques moins prestigieuses, disons à titre de comparaison 1.2.3. et change ses marques de maquillage pourdes produits de parapharmacie, disons Caudalie, Vichy. La 7e année, la situation continue à se dégrader sur le même tempo, un peu lent, ce qui n’affole pas vraiment le gens. Elle s’habille désormais dans l’équivalent d’un Promod et se maquille chez Yves Rocher. Entre temps il a réussi à l’isoler presque complètement de sa famille. Elle n’a pas d’amie et elle n’a jamais travaillé. Vers la 10e année, elle s’habille chez Monoprix et se maquille en Gemey ou L’Oréal. Aux environs de la 15e année, elle en est réduite à s’habiller chez Leclerc et a renoncé au maquillage. Au bout de 20 ans, il l’emmène changer sa garde robe chez Emmaüs, c’est véridique, elle est devenue une loque physiquement et il la laisse seule à la maison, préférant sortir seul.
3e étape : Elle est diagnostiquée d’une maladie importante dans les années 1990 mais pas mortelle qui nécessite des soins réguliers à l’hôpital un peu contraignants. Entre temps, mon père découvre qu’il existe une association promouvant la pratique des soins à domicile par un époux, une infirmière, un enfant et que cela nécessite une formation de presque 12 mois. Mon père s’inscrit, suit les cours et obtient son diplôme. A présent, appelons la Martine, est donc soignée par son époux à la maison. La technique de soin est très exigente et ne souffre aucune négligence au risque de mourir ou d’avoir un arrêt cardiaque. Cela nécessite la présence du soignant pendant le traitement – environ 4 h de suite – car il doit vérifier constamment différents aspects tels sa tension artérielle, température, état des machines très techniques.
4e étape : Martine a donc placé en quelque sorte sa vie entre les mains de son époux. Un soir, pour une raison que j’ignore, il devient violent avec elle, il la gifle, la bat et elle décide de quitter le domicile et se réfugie chez son frère. Son frère l’incite tellement à divorcer, qu’elle en fait la demande ainsi qu’une séparation de corps et bien. Chaque jour mon père l’appelle, lui donne des RDV, la supplie de revenir sinon il va se suicider. Au 10e jour après un appel téléphonique, Marc est surpris de voir sortir sa soeur à 23 h et lui demande où elle va. Elle lui annonce qu »elle a décidé de retourner avec mon père.
5e étape : A présent, Martine est totalement isolée de sa famille, elle n’a pas eu d’enfant et est donc entièrement dépendante de mon père qui a repris le traitement à la maison. Malheureusement, le type de maladie dont elle souffre, même s’il n’est pas mortel provoque des effets secondaires comme la fragilisation de certains organes, tel le coeur, ou fait grossir énormément.
6e étape : 5 mois avant son décès elle fait un arrêt cardiaque très important et on l’opère à coeur ouvert mais elle se remet.
7e étape : le jour de sa mort est comme une fête. Mon père l’emmène dans un grand restaurant, lui offre un flacon de parfum Shalimar de Guerlain. Il fait un temps superbe mais il l’emmène sur son fauteuil roulant se promener en forêt. Vraiment la meilleure journée en presque 30 ans d’union. Néanmoins, vers 3 h du matin, elle a envie de vomir, mon père lui apporte une cuvette puis s’absente dans son bureau vérifier un chiffre comptable dont il n’était pas sûr. Il redescend quelques minutes après et la trouve morte, tombée du lit gisant dans son vomi.
8e étape : Le deuil de mon père se fait exactement en une journée puisque dès le lendemain, il a posté une annonce de petite rencontre sur un site … Martine est enterrée sans sa famille comme un chien.
Enfin, 7 mois après la mort de Martine, il vit avec une femme qu’il a séduit et qui a eu une vie maritale très éprouvante. Il est amoureux, il revit.
MA QUESTION A PRESENT : Un pervers narcissique, peut-il volontairement « tuer son épouse » par négligence médicale, comme dans ce cas ? En aurait il eu assez d’assumer ses fonctions d’infirmier qui devaient durer toute la vie de Martine ? Etait elle devenue un poids à sa liberté ?

10. menthe 06/09/2012

je veux vous dire merci pour ce site.
j'ai vécu pendant 15 ans avec lui et maintenant j'ai réussi à partir. j'ai l'impression de renaître, de redécouvrir ce que c'est de vivre, de rire, d'avoir envie.
Personne dans mon entourage n'avait deviner ce qui se passait et même encore maintenant je passe pour la méchante qui le fais souffrir, mais c'est pas grave moi je revis.
il n'y a jamais eu de violence physique et heureusement mais on souffre quand même.
survivre pendant 15 ans, en se demandant en permanence ce qu'il va dire si on fait ça, ne pas oser acheter la moindre chose ou babiole pour le quotidien ou pour le confort car cela ne va pas lui plaire. on sait que si ça nous plait, cela ne lui plaira pas mais on est incapable de dire ce qui lui plairait et à force d'avoir des remarques négatives, on fini par ne plus rien vouloir.
ne plus savoir ce que l'on veut, ce que l'on ressent. "toi, tu n'es jamais malade" alors on se tait, et lorsque on va voir le toubib, "ben, pourquoi il t'a donné des antibios, t'es pas malade, à moi il n'en a pas donné". il était toujours plus malade que moi. j'ai passé un scanner pour un hernie discale, mais pour lui c'était rien quasiment tous le monde en avait donc c'était rien. si c'était lui, il aurait presque fallu que l'info passe au 20 h.
son boulot était toujours plus important que le mien, il est à son compte et moi salariée en entreprise. même si c'est moi qui rapportait le plus, mon travail c'était juste un passe temps, le travail sérieux c'était le sien.
les papiers, la maison, les enfants c'était pour moi, lui il ne pouvait pas il avait son travail.
il était toujours fatigué, le soir quand je voyais sa voiture arriver, c'était l'angoisse de le voir déjà, se demander comment il va être fatigué et agressif, fatigué et déprimé et dans le meilleur des cas indifférent à ne pas décrocher 3 phrases de la soirée. et si jamais quelqu'un passait, comme par magie, il était en forme, bavard, attentionné.
je veux dire merci à un ami avec qui j'ai beaucoup parlé et qui un jour m'a dit que je n'avais pas l'air heureuse. sur le moment je lui en ai voulu, pas pour ce qu'il m'avait dit, mais car il avait mis le doigt là ou ça fait mal. ne pas être bien c'est dur, mais quand c'est quelqu'un qui vous dit que vous avez pas l'air d'aller bien cela fait mal car on se rend compte que c'est vrai. mais aujourd'hui je remercie cette personne et je lui ai dit car je crois que j'avais oublié ce que c'est une personne qui vous dit quelque chose pour vous aider réellement.
alors je veux remercier l'auteur de ce site, car en le découvrant, je me suis retrouvée dans bien des cas. pourvoir mettre des mots et des explications sur des situations anodines, soulage. Se dire qu'on est pas folle, même s'il nous dit qu'on a besoin de se faire soigner. c'est sure qu'il faut se soigner mais à cause de lui, car il m'a parasité et phagocyté toute mon énergie.
encore merci

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×